Comment dire non à mon bébé

Ce que vous allez trouver dans cet article[Masquer]
Dire non à son bébé

Vous craignez déjà la prochaine fois où vous aurez à dire non à votre bébé ? Vos refus déclenchent des pleurs et des cris ? Voici comment considérer ces débordements émotionnels sans perdre, ni bienveillance, ni autorité.

Savoir dire non au bébé : c’est important mais….

Pendant des décennies, la culture nous a dicté comment imposer l’autorité parentale. Nous avons ainsi vu des parents laisser leurs enfants s’époumoner dans leur chambre sous prétexte que ce n’était qu’un caprice. À l’opposé, on s’indignait des parents qui ne savaient plus imposer de limites et devenaient de véritables serviteurs pour sa seigneurie, le petit enfant.

Tous les parents sont normalement pris d’empathie envers leur enfant quand il pleure. Accourir est d’ailleurs le premier réflexe d’une maman quand son enfant tombe et se fait mal. De même, prendre son enfant dans les bras est le geste le plus naturel pour un parent.

Bien que le but de l’éducation soit de guider l’enfant vers son indépendance, il faut avant tout prendre en compte son attachement émotionnel. Pendant toute sa vie intra-utérine, le fœtus dépendait totalement de sa maman. En arrivant dans un monde où tout lui est inconnu, il est tout à fait normal qu’il se tourne vers ses parents pour apaiser ses tourments.

Les parents ont parfois peur de frustrer l’enfant et oublient à quel point il est important de dire non pour sa sécurité. Impatients face aux cris, ils peuvent tomber rapidement dans l’envie de céder. Il vous faudra montrer votre désaccord si les bêtises se multiplient ou si votre petit bout se met en danger. Votre enfant a besoin que vous lui montriez les limites qu’il ne doit pas franchir. Cela contribuera à l’aider à trouver ses repères. Laissez donc de côté la culpabilité, afin que votre enfant puisse grandir de façon autonome.

Dire non à 6 mois ou à 6 ans : des approches différentes

Un détail est souvent oublié : l’âge de l’enfant. Dire non à un bébé de 6 mois n’a pas les mêmes finalités que refuser quelque chose à un enfant de 6 ans. À 6 mois, votre enfant ne s’identifie pas encore en tant que personne à part entière. Ses explorations se limitent à ses jouets et les murs de sa chambre. À cet âge, s’il crie et pleure (ce qu’on considère souvent à tort comme une crise), c’est qu’il veut exprimer un inconfort. Il a mal, il a faim, sa couche le dérange, il a froid ou il a peur. Dans ce cas, sachez que vos bras sont son seul réconfort. Avant de dire non à votre enfant irrité, demandez-vous ce qui pourrait l’incommoder. Vous verrez qu’il se calmera instantanément dès que son problème du moment sera réglé.

À 8 mois, votre enfant va explorer le monde extérieur. C’est la période où bébé commence à ramper et à attraper des objets à sa portée. Il tire sur les rideaux ou renverse son assiette. Il s’identifie également comme une personne à part entière. Sa curiosité peut l’exposer à des dangers dont il n’est cependant pas conscient. Il peut par exemple toucher aux prises électriques qui ont l’air de jouets à ses yeux. Il peut essayer d’atteindre le rebord d’une fenêtre et dangereusement s’y pencher. À table, il peut s’emparer de votre fourchette pour la planter sur ses doigts. Il peut aller à la découverte de la boîte de médicaments…

Face à de tels dangers, il est vital de pouvoir affirmer votre autorité. Votre « non » devra être sans appel, même si une crise de larmes va s’ensuivre. Expliquez-lui avec les mots justes qu’il ne faut pas toucher tel objet parce que c’est dangereux, qu’il ne faut pas faire tel ou tel geste, sinon il aura mal.

Dire non à bébé : positivité et bienveillance

Pendant ses premiers mois de vie, votre bébé utilisait les cris et les pleurs pour vous partager son inconfort ou sa douleur. Oubliez l’idée selon laquelle il vous manipulerait. Ce n’est pas encore de son âge. Son cerveau immature n’a pas encore les capacités de planifier une scène pour un caprice. En grandissant, il va moduler son caractère en fonction de la connexion qu’il a créé avec vous. S’il a pu ressentir qu’il peut compter sur vous quand il est dans la souffrance, vous aurez rarement à devoir affirmer votre autorité parentale. Le climat de confiance que vous aurez instauré va l’aider à accepter plus facilement quand vous devez dire « non ».

Par précaution, et pour ne pas avoir à fréquemment dire « non » à votre bébé, anticipez ses gestes. Préservez sa sécurité en rangeant les objets potentiellement dangereux (médicaments, produits ménagers) hors de sa portée. Si vous instaurez un interdit, évitez de revenir dessus. Il est également important que les deux parents ne se contredisent pas. Cela aidera l’enfant à comprendre les limites et à reconnaître votre bienveillance avant votre autorité. L’amour, rappelez-vous, est le besoin fondamental de votre bébé.

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
24 Commentaires | Ajouter le vôtre
Charger les commentaires précédents
  • Invité - Laetitia

    Comme c'est triste. Un bébé de 6 mois et ne pas accéder à son besoin.. comment lui faire comprendre qu'il ne peut pas avoir confiance dans ses parents. Oh ce n'est pas grave, adulte il pourra prendre des cachets contre l'anxiété ou l'insomnie. Ce serait tellement bien de commencer à se renseigner sur le fonctionnement des enfants avant d'écrire n'importe quoi.. à suivre ces conseils, bébé apprendra qu'il ne peut pas compter sur ses parents. Bien triste la résilience si petit. Caprice, c'est bon pour un nom de fromage. Si on ne veut pas être la pour son enfant, pourquoi en faire ? Choisir d'être parents c'est choisir d'être la pour aider un enfant à grandir en lui donnant de bonnes bases : de la confiance, de l'amour.

  • Invité - Anne-Sophie

    Des caprices à 6 mois alors même que bébé ne sait pas qu'il est une personne à part entière, n'importe quoi !

  • Invité - Sofia

    Pardon? Un bébé de 6 mois fait des caprices? Un bébé a BESOIN d'être rassuré, si ma fille pleure alors que tous ses besoins sont satisfaits c'est tout simplement que mon BÉBÉ a besoin d'être rassuré... c'est vraiment décevant de lire des choses pareilles.

  • Invité - Sofia

    Et il y a d'ailleurs une large différence entre poser des limites et tenter d expliquer les choses à son bébé et le laisser pleurer. On peut très.bien être un parent autoritaire qui rassure son enfant

  • Invité - Ln

    C'est grave d'écrire cela! :o Un bébé de 6 mois ne fait pas de caprices ! Je ne sais pas qui est derrière ces Conseils mais renseignez vous avant d'écrire des inepties !!!!

  • Invité - Sandra

    Du grand n'importe quoi, un bébé de fait pas de caprice : s'il pleure c'est qu'il y a une raison. Beaucoup d'étude (et récentes) ont démontré qu'en le laissant pleurer, son cerveau produisait l'hormone du stress : très mauvais pour le développement cérébral et pouvant induire des maladies cardiaques également... etc
    Et rien qu'un exemple: tu es malade, tu appelles à l'aide et personne répond... tu te sens comment?
    Bref à la personne qui a écrit cette article : merci de vous renseigner avant de donner de mauvais conseils, incompétant

  • Invité - Melix

    Il faut vraiment été froid dans son coeur pour laisser un bébé de 6 mois pleurer seul sans essayer de le consoler.... Un bébé n'a pas que des besoins physiologiques du genre changer la couche- nourrir, dormir, faire le rot. Un bébé peut et même a le droit d'être réconforter dans les bras des êtres en qui il a confiance, ses parents, sa famille. Pti bout de choux, il demande de l'amour pas d'être le maître de ses parents, mais qu'est ce que vous imaginez...mais qui a écrit cet article, qui j'espère n'aura pas d'écho chez des nouveaux parents...

  • Cmt dire non à un bébé?
    Cmt éviter les.caprices?
    Vous êtes sérieux? Le.cerveau d un enfant de moins de 6 ans est incapable de gérer ses émotions donc ce ne sont pas des caprices mais des frustrations par rapport à des envies ou besoins,...
    Dire stop à un enfant quand c est nécessaire ( ex mise en danger) mais pas non, quand on dit non le visage se ferme et le bébé en bas âge à peur et pleure,
    Quand.vous avez, en tant qu adulte,envie de quelque chose que vous ne.pouvez obtenir, vous êtes frustrés mais.votre cerveau à acquis la.maturation nécessaire pour ne pas entrer en etat de « caprice» c est à dire DÉBORDEMENT ÉMOTIONNEL car c est ça.un caprice,... et l enfant ne peux pas.contrôler cela!!!

  • Invité - Remongin

    Cet article me choque et interpelle. Savez vous avant quel âge un enfant ne comprend pas la notion du non ? Savez vous que plus vous répondez aux besoins du bébé sans le faire attendre et plus vous lui permettez de grandir en confiance ? Savez vous à l'heure des neurosciences affectives qu'un enfant ne fait jamais de caprice mais que son cerveau est immature !!!! Comment peut on parler de caprice pour des bébés !!! Ce mot de caprice est à bannir du vocabulaire concernant les jeunes enfants. Il est urgent de lire les livres de Mme Catherine Gueguen et de Mme Isabelle Filliozat.

  • Invité - Ya85

    Artenis c’est à cause de « puéricultrice » comme vous que je ne fais pas garder mon bébé!! Votre exemple est nul! Être pris dans les bras est un besoin fondamental pas un caprice. C’est grave de dire cela vu que votre métier est de s’occuper des bébés vous devriez être un peu plus au courant de ce que pour eux est un vrai besoin