L’inflammation des ganglions chez l’enfant

Bébé allongé sur le dos chez le pédiatre

Votre bébé ou votre enfant a un ou des ganglions enflés ? Qu’est-ce que cela signifie ? Quelle en est la cause ? Comment traiter ? Nous vous l’expliquons dans cet article.


Les ganglions sont comme des « sentinelles » qui nous alertent que quelque chose, même de très bénin, ne fonctionne pas correctement dans notre organisme. Les mamans sont souvent très inquiètes lorsque leur enfant présente une inflammation des ganglions alors qu’il s’agit d’un simple signal ; il convient cependant de ne pas le négliger et de consulter le pédiatre dès que possible.

Inflammation des ganglions : la cause

La lymphadénopathie (c’est-à-dire l’altération en taille, en nombre et en consistance des ganglions lymphatiques) est, dans la majorité des cas, d’origine infectieuse, bactérienne ou virale, et se résout spontanément en 4 à 6 semaines. Elle touche presque tous les enfants et concerne, pour 80%, des infections du type pharyngite, amygdalite, rhinite ou encore conjonctivite. Dans des cas plus rares, elle peut être liée à des infections comme la mononucléose ou être le symptôme de maladies plus graves, immunitaires ou néoplasiques.

L’organisme de l’enfant est très riche en tissus lymphatiques, il est donc inévitable que les ganglions s’enflamment relativement souvent. Ajoutons que la réponse immunitaire des plus petits est plus évidente et qu’ils ont, de ce fait, tendance à tomber plus souvent malades que les adultes, surtout entre 1 an et 4 ans. Suivant la constitution physique de l’enfant, les ganglions lymphatiques seront d’autre part, plus ou moins visibles.

Chez les enfants entre 2 et 15 ans qui ont déjà souffert de nombreuses infections, il est normal que les ganglions s’enflamment : cela prouve que leur système immunitaire réagit. Les ganglions qui grossissent le plus pendant l’enfance sont ceux de la tête et du cou.

Inflammation des ganglions : quel traitement ?

- Une fièvre persistante, le teint jaune, un manque d’appétit, des plaintes et des pleurs continuels peuvent être le signe d’une infection bactérienne grave. Une lymphoadénopathie aigüe exige une surveillance constante.

- Néanmoins, dans la majorité des cas, lorsque la fièvre est accompagnée d’une rhinite, il s’agit d’une infection bénigne des voies supérieures que l’on traite avec des antipyrétiques pour faire baisser  la fièvre et non des anti-inflammatoires puisque l’inflammation est justement le meilleur système de défense dont disposent les enfants. Dans les cas d’infection bactérienne, le médecin pourra, en outre, prescrire des antibiotiques.

- Dans 80% des cas, la pharyngite est d’origine virale et ne nécessite qu’un traitement symptomatique. On pourra donner à l’enfant du paracétamol ; en revanche, on déconseille les anti-inflammatoires, les sirops pour la toux et les fluidifiants.

- En cas de pharyngo-amygdalite, le médecin pourra éventuellement procéder à un prélèvement ou à un test rapide pour évaluer la présence de streptocoques.

- En cas d’otite, la première chose à faire est de calmer la douleur avec du paracétamol ou de l’ibuprofène. Ce sera au pédiatre de déterminer s’il convient d’administrer, en plus, à l’enfant, un antibiotique ou s’il suffit de le surveiller et de faire un peu attention.

- S’il s’agit d’une rhinite, il convient avant tout de déterminer si elle est d’origine allergique ou virale, laquelle se soigne généralement en une semaine avec des lavages de nez réguliers ; en revanche, les antibiotiques, mucolytiques et autres anti-inflammatoires sont à proscrire.

- Quant à la conjonctivite d’origine infectieuse (à ne pas confondre avec la conjonctivite d’origine allergique), ce sera au pédiatre d’évaluer s’il convient d’administrer ou pas à l’enfant un collyre à base de cortisone.

 

Les questions des mamans sur l’inflammation des ganglions…

« Mon enfant a 2 ans et demi et, depuis sa naissance, il a les ganglions, les retro-auriculaires et cervicaux enflés. Quand il avait 6 mois, nous avons fait des tests, dont les résultats se sont avérés normaux. Le médecin lui a tout de même prescrit un traitement, mais cela n'a pas fonctionné. Maintenant, mon enfant se plaint d'une légère douleur dans la région cervicale, où le ganglion est effectivement plus large que les autres, dur et quasiment immobile. C'est la première fois que mon enfant se plaint autant. De quoi s’agit-il ? Y a-t-il une solution? »

La réponse du Pédiatre

On parle d’adénopathie ou de lymphadénopathie (maladie d’un ganglion ou plus) lorsque le ganglion mesure plus d’un centimètre de diamètre.

Ces structures, qui sont regroupées en filets ou grappes, ont comme fonction principale de stopper le développement et l’expansion d’une infection située dans une structure proche. Ainsi, en cas de mal de gorge, les ganglions sous-mandibulaires s’enflamment, tandis que, dans l'otite moyenne, ce sont ceux des cervicales qui sont les plus affectées. Généralement, les ganglions occipitaux se gonflent au simple frottement avec l’oreiller ou le drap mais ils ne dépassent pas un centimètre de diamètre.

Il existe d'autres maladies graves qui peuvent causer une lymphadénopathie plus ou moins localisée au début.

Si les ganglions sont durs et n’ont pas une forme bien arrondie, il faut les surveiller de très près et observer si d’autres symptômes se développent.


Likez la page FaceBook de BébésetMamans et soyez avertie en priorité des tests produits et cadeaux !

Besoin d'aide ? Posez votre question aux autres mamans sur le Forum LE FORUM

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
  • Aucun commentaire trouvé

banner bebe