Méthode Montessori : quelles en sont les caractéristiques ?

Enfants à l'école Montessori

Avez-vous déjà entendu parler de Maria Montessori ou des écoles portant son nom ? Nous vous présentons ici toutes les caractéristiques de cette méthode d’éducation si particulière.

 

La méthode Montessori, développée par la pédagogue italienne Maria Montessori à la fin du XIXe, début du XXe siècle, se caractérise par la mise en avant de la capacité d’initiative de l'enfant, du rôle d’observation du professeur et de l’adaptation de l’environnement éducatif au niveau de développement de l’enfant. Cette méthode vise à aider l’enfant à développer l’ensemble de ses capacités, intellectuelles, physiques et spirituelles grâce à la collaboration entre l’enfant et l’adulte. Pour Maria Montessori, l’école n’était pas un lieu où le professeur transmettait son savoir mais un lieu où l’intelligence de l’enfant se développait à travers des activités libres et utilisant un matériel didactique spécifique.

Les caractéristiques de la méthode Montessori

1. Un esprit qui absorbe tout
L’enfant a une capacité d’apprentissage surprenante. C’est pourquoi les parents doivent l’aider à développer ce qui est inné en lui, comme marcher, en créant un environnement favorable, c’est-à-dire serein et stimulant.

2. Une chambre zen
La chambre est un endroit intime pour l’enfant, l’endroit où il dort, où il joue, où vous l’habillerez…. Ne commettez pas l'erreur de trop la meubler. Elle doit favoriser la stimulation mais ne pas être surchargée. Un cadre, un panier avec quelques jouets, son berceau et la table à langer sont les éléments indispensables de départ. À partir de 6 ou 7 mois vous pouvez ajouter un petit panier avec des jouets à côté de la table à langer et un mobil au-dessus de son lit pour qu’il le regarde bouger avant de s’endormir.

3. Jouer pour apprendre
Selon la méthode Montessori, il n'y a pas de différence entre le travail et le jeu. Pour les enfants, tout est un jeu. Contrairement aux adultes, qui associent le travail à une obligation, à quelque chose de fastidieux, pour les enfants c’est une activité excitante et amusante, un jeu qui leur permet d'explorer et de découvrir le monde qui les entoure. Nous pensons souvent, à tort, que les enfants ont tendance à se disperser alors qu’en fait, ils ont une grande capacité de concentration. Lorsque, nous voyons par exemple un enfant absorbé à regarder bouger les feuilles des plantes du balcon, nous devons respecter cette activité, car il est en train d’apprendre.

4. Du matériel simple
Il ne faut pas grand-chose pour stimuler bébé et l’aider dans son apprentissage. On peut souvent faire de grandes choses avec des matériaux très simples. Par exemple, avec une boîte et une balle, on peut lui enseigner la notion de cause à effet (la balle va puis elle revient). Il n’est pas bon de submerger l'enfant de jeux et d’activités : il doit pouvoir prendre son temps pour assimiler ce qu’il apprend. Une autre de nos erreurs est notre insistance à aider l'enfant. Il faut le laisser trouver seul la solution pour renforcer sa confiance, sa concentration et sa curiosité.

5. Des histoires peu fantaisistes
Selon la méthode Montessori, au moment de raconter des contes de fées aux enfants, mieux vaut éviter les éléments trop fantaisistes, comme les animaux qui parlent et les enfants qui volent. Durant les trois premières années de vie, l'enfant n’a aucune idée de la réalité, il va à la découverte et n’a donc aucun moyen de savoir si ce que nous lui racontons à travers ces histoires est possible ou non. C’est pourquoi la méthode Montessori recommande de raconter aux enfants des histoires imaginatives et créatives, mais en utilisant de vrais personnages et des objets familiers. L’enfant peut ainsi se projeter dans l'histoire, s’identifier et se construire. Plus tard, à partir de six ans, vous pourrez vous lancer dans des histoires plus fantasques car il sera alors en mesure de discerner le possible de l’impossible.

6. Laissez l’enfant apprendre seul
Ce même principe d’apprentissage est applicable dans toutes les activités de la vie quotidienne, que ce soit la toilette ou les repas : la méthode Montessori conseille aux parents de ne pas trop intervenir et de laisser faire leur bébé. Par exemple, au moment d’habiller un bébé qui gigote beaucoup : invitez-le à bouger moins et attendez sa réaction. Vous verrez que, rapidement, il commencera à participer. Il s’agit de développer la coopération, une attitude très importante dans la phase de développement entre 0 et 3 ans.


Likez la page FaceBook de BébésetMamans et soyez avertie en priorité des tests produits et cadeaux !

Besoin d'aide ? Posez votre question aux autres mamans sur le Forum LE FORUM

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
  • Invité - Mlvs

    Légèrement simpliste comme résumé, limite erroné... « montessori » est malheureusement devenu vendeur aujourd’hui mais avant de publier des articles il serait pertinent de bien se documenter.
    Je rejoins le commentaire précédent, le berceau, le mobile, la notion de jeu et de travail etc prouvent que personne n’a lu Montessori, ni ne s’est (in)formé avant d’écrire tout cela... c’est regrettable et n’incite qu’à étiqueter montessori des pratiques qui ne le sont pas.

  • Bonjour Nin,
    Un grand merci pour cet éclairage précis sur le sujet. Vous semblez être assez experte, n'hésitez pas à nous envoyer un résumé sur lequel vous pourriez reprendre ces informations ainsi que des exemples concrets, peut être vécus avec votre ou vos enfant(s). Nous pourrions ainsi actualiser l'article. Qu'en pensez-vous?
    Très bonne journée,
    Chloé de Bébés et Mamans

  • Invité - Nin

    Bonjour,

    M'étant un minimum informé sur cette "pédagogie", vos affirmations sont fausses, très loin de l'esprit de Maria Montessori.

    L’enfant a une capacité d’apprentissage surprenante. C’est pourquoi les parents doivent l’aider à développer ce qui est inné en lui, comme marcher, en créant un environnement favorable, c’est-à-dire serein et stimulant. => depuis quand un parent doit il aider son enfant à marcher ?

    La chambre est un endroit intime pour l’enfant, l’endroit où il dort, où il joue, où vous l’habillerez…. Ne commettez pas l'erreur de trop la meubler. Elle doit favoriser la stimulation mais ne pas être surchargée. Un cadre, un panier avec quelques jouets, son berceau et la table à langer sont les éléments indispensables de départ. À partir de 6 ou 7 mois vous pouvez ajouter un petit panier avec des jouets à côté de la table à langer et un mobil au-dessus de son lit pour qu’il le regarde bouger avant de s’endormir. => un berceau ? Maria Montessori parle de lit au sol, dès la naissance. Pas de panier à jouet, les seuls paniers sont des paniers thématiques. Sinon, chaque objet à sa place, sur une étagère. Pas de mobile au dessus du lit, cela est mauvais. Le mobile = éveil. Donc au dessus de l'aire de jeu. Le cadre dont vous parlez doit être placé à la hauteur de l'enfant.

    Selon la méthode Montessori, il n'y a pas de différence entre le travail et le jeu. Pour les enfants, tout est un jeu. Contrairement aux adultes, qui associent le travail à une obligation, à quelque chose de fastidieux, pour les enfants c’est une activité excitante et amusante, un jeu qui leur permet d'explorer et de découvrir le monde qui les entoure. Nous pensons souvent, à tort, que les enfants ont tendance à se disperser alors qu’en fait, ils ont une grande capacité de concentration. Lorsque, nous voyons par exemple un enfant absorbé à regarder bouger les feuilles des plantes du balcon, nous devons respecter cette activité, car il est en train d’apprendre. => Oui, plus ou moins. Pour l'enfant, tout est travail. Tout lui demande une concentration énorme. C'est un véritable travail.

    Il ne faut pas grand-chose pour stimuler bébé et l’aider dans son apprentissage. On peut souvent faire de grandes choses avec des matériaux très simples. Par exemple, avec une boîte et une balle, on peut lui enseigner la notion de cause à effet (la balle va puis elle revient). Il n’est pas bon de submerger l'enfant de jeux et d’activités : il doit pouvoir prendre son temps pour assimiler ce qu’il apprend. Une autre de nos erreurs est notre insistance à aider l'enfant. Il faut le laisser trouver seul la solution pour renforcer sa confiance, sa concentration et sa curiosité. = > c'est surtout la notion de permanence de l'objet qui est travaillé.



    La base de la pédagogie peut être résumé comme suit : l'enfant est capable de beaucoup de choses. L'adulte l'aide en grandir uniquement en agissant sur son environnement, pas directement sur l'enfant. Tout l'environnement doit être travaillé pour que l'enfant puisse évoluer, en fonction de ses envies & de ses besoins. L'adulte doit être en soutien, il n'est pas là pour expliquer à l'enfant comment faire, encore moins faire à sa place.

  • Invité - Tata

    Intéressant mais comment inviter bébé qui gigote beaucoup a moins bouger lors du change?si vous avez des astuces je suis preneuse car chez moi mon bebe exel dans ce domaine:D sachant que jai déjà tenté pas mal de choses distractions,bisous câlins ect....le change devient un vrai sport au grand plaisir de mon bébé lol

banner bebe