Voici en 5 points ce qui peut conduire à faire de votre enfant un petit tyran. Et nos conseils pour l’éviter.

 
Selon les experts, crier ne sert à rien pour gérer les conflits et guider l’enfant dans sa croissance. Voici donc les comportements à éviter pour ne pas avoir à cohabiter avec un petit dictateur.

1. En premier lieu, évitez la « servitude » : ne faites pas les choses à la place de l'enfant quand il est parfaitement autonome. À 4 ans, un enfant est tout à fait capable de manger seul, de couper ses aliments (avec un couteau et une fourchette), de s’habiller (peut-être pas entièrement) et de se laver les mains sans aide.

2. La deuxième erreur est d'anticiper les besoins de l'enfant, sans même lui laisser le temps de ressentir ses propres désirs. Être constamment dans l’offre - cadeaux, activités et projets - correspond en fait à une angoisse des parents qui craignent que leur enfant ne se sente inférieur ou exclus, étouffant ainsi toute spontanéité et autonomie.

3. Le troisième comportement à éviter est d’assister continuellement l’enfant en étant à sa disposition : préparer son sac pour l’école, beurrer ses tartines, etc… Au lieu de le laisser s’exprimer librement, les parents anticipent ou rectifient : « il voulait dire ceci ou cela… ». De cette façon, le langage ne se construit pas, au contraire, il s’appauvrit, alors que l’enfant a un besoin impérieux à ce moment d'utiliser des mots et d'échanger avec les autres.

4. Le quatrième faux pas est de parler au lieu d'éduquer, une attitude caractéristique qui favorise la tyrannie de l'enfant. Selon les experts, c’est une question d'étapes psycho-évolutives. Essayer de discuter avec des enfants de 3 ou 4 ans, ou même de 6 ans, en employant le code de communication des adultes basé sur une réflexion plus avancée, est voué à l’échec. Jusqu'à 8-9 ans, un enfant n’est pas capable de comprendre toutes les conséquences de ses actes, il est donc indispensable de lui parler le plus clairement possible en lui fournissant une information unique, précise et personnelle, quitte à répéter plusieurs fois en étant toujours très cohérent. L’enfant a besoin de certitudes ; la dialectique le désoriente.

5. Mais le comportement le plus dangereux est de charger l’enfant de responsabilités qui ne lui reviennent pas, notamment en lui posant des questions qui ne le concernent pas comme lui demander s’il préfère avoir un petit frère ou une petite sœur ou s’il veut aller en vacances en Espagne ou en Corse. Les enfants ne peuvent pas prendre ce genre de décisions ! Ce que souhaite l’enfant tyran, c’est avant tout que ses parents fassent leur travail qui n’est certes pas facile, mais que personne ne peut faire à leur place. Et lui encore moins !

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
1 Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Invité - Maman étonnée

    Demander à un enfant s'il préfère un petit frère ou une petite sœur va le changer en tyran ??
    Un peu fort quand même !