Avec vous, votre enfant parle comme un perroquet et quand vous rencontrez le voisin il ne dit pas un mot? Votre enfant ne s’intègre pas lorsqu’il joue avec d'autres enfants? Nous vous expliquons comment vous devez agir si votre enfant est timide.

 
Selon le pédiatre italien Roberto Albani: «L'enfant sujet à la timidité a peur, tout simplement, de ne pas être accepté par les autres. Il a peut-être déjà essayé d'entrer dans un groupe et a été rejeté, expulsé ou ridiculisé. Par conséquent, il préfère, au moins au départ, éviter le contact avec les autres. Pour oser à nouveau, il devra se sentir accepté, au moins par ses parents. En revanche, il se peut que ces derniers, avec l’empressement ou à cause du désir de le corriger, s’adressent à lui brusquement: «Tu as perdu ta langue ? ». Ces mots, prononcés avec l’intention bienveillante de le stimuler, ont l'effet contraire. ». Voyons ici pourquoi.

« Ne reste pas tant collé à moi ». Avec ces mots, on refuse à l'enfant ce dont il a précisément besoin pour avoir confiance en lui, à savoir l’acceptation.

«Les autres enfants veulent juste jouer avec toi, ils ne te font rien de mal » : l’argument est tout à fait logique, mais ne tient pas compte du fait que le problème de l'enfant n'est pas de type rationnel, mais émotionnel, et qu’il peut donc seulement être abordé dans cette perspective.

« Il n'y a aucune raison d'avoir peur ». C'est comme dire : « Ce que tu ressens n’est pas justifié. Tu n’as pas le droit d'hésiter ou d’avoir peur des enfants que tu ne connais pas ».

Comment aider l’enfant timide ?

Il faut transmettre à l’enfant timide la certitude que son papa et sa maman considèrent ses craintes comme quelque chose de tout à fait normal et justifié. C’est le seul moyen pour lui de les surmonter et d'acquérir une plus grande sécurité et de la confiance en lui. Bien que cela puisse paraître paradoxal, lorsque l'enfant apprendra à accepter ses propres peurs, il lui semblera plus facile de s’ouvrir sans se sentir découvert ou impuissant.

Dans la pratique, la timidité se traduit par une peur permanente de se tromper, il est donc important d’apporter de la sécurité à l'enfant. Pour ce faire, il faut respecter son tempérament. Le fait que l'enfant soit réservé doit être respecté. Par exemple, s’il ne veut pas rejoindre les autres enfants sur le toboggan, vous pourriez lui dire « montre-moi comment tu te débrouilles », en lui tenant la main pendant qu’il monte l’échelle et en l’attendant avec les bras ouverts à son arrivée. Le message que les parents doivent transmettre est: «Nous t’aimons comme tu es ». En l’acceptant, vous l’aiderez à s’accepter lui-même puisque, quand il se sent valorisé, l'enfant acquiert de sécurité et la confiance en lui.

« Mon fils est un peu timide ». C'est la phrase que nous nous sentons souvent obligés de dire lorsque nous présentons l'enfant à la maîtresse, à l’animatrice ou à la voisine, pour expliquer le fait que, parfois, il semble renfermé. Avec cette mise en garde, l'intention des adultes est de susciter une plus grande compréhension, mais, en réalité, ils enferment l’enfant dans un rôle.

Il est très important de ne pas étiqueter l'enfant et d’arriver même jusqu’à, parfois, nier l'évidence. Lorsque l’on vous demande: «Il est timide? », montrez-vous surprise et répondez « Timide ? Non, il a seulement besoin d'un peu de temps pour s'acclimater!». Il est conseillé d'essayer d'identifier quelque chose que l'enfant connaît bien et, de là, d’établir et de poursuivre un dialogue. Même les enfants les plus timides s’emballent lorsqu’ils peuvent parler de leur collection de figurines ou de la garde-robe de leur poupée préférée.

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Aucun commentaire trouvé