Mère célibataire par choix

Femme enceinte qui caresse son ventre

Stéphanie est l'une des nombreuses femmes qui, pour réaliser leur rêve d'être mère, se tournent vers un donneur de sperme. Elle nous raconte son histoire.

 

Tout au long de ma vie, j'ai su que je voulais être mère. Quand je me suis décidée, je n'avais pas de conjoint et, quand quelqu'un abordait le sujet, je répondais « quand je déciderai d’être mère, je le serai, même si je n’ai pas de conjoint ». Le moment est arrivé et je me suis décidée. C’est alors que sont arrivées les premières questions. Mais pourquoi vais-je dépenser mon argent dans une clinique ? Que vais-je transmettre à mon futur bébé ?

Une autre question a surgi : donneur anonyme ou quelqu'un que je connais ? J'ai exclut presque immédiatement l'idée de quelqu'un que je connaissais. La raison était surtout que, par la suite, cette personne n'aurait rien à voir avec mon bébé. Même si, à un moment donné, la personne me disait que si, qu’il n’y avait pas de problème, j'étais consciente que, avec le temps, cela pouvait changer et que, finalement, ça pourrait être source de polémique. Je demandais aux éventuels candidats : êtes-vous capable de savoir que vous avez un enfant et de ne jamais être présente dans sa vie ? J’étais décidée : le donneur serait anonyme !

Bien sûr, cela n'est pas autorisé en France pour les femmes seules, je me suis donc renseignée sur les possibilités en Espagne, et je me suis plongée entièrement dans les démarches administratives. J'ai du surmonter de nombreux obstacles. Finalement, j’ai réussi à être en contact avec le service de pédiatrie de Malaga.

Ils m'ont appelé plus tôt que ce que je ne le pensais, j’ai eu de la chance. Lorsque j’ai obtenu le rendez-vous, c’était le 2ème jour de mes menstruations et j’ai commencé tout de suite. Après 4 inséminations artificielles (IAD : Insémination Artificielle avec Don de sperme), avec tout ce que cela entraîne, la quantité d'hormones qui est concernée, les aspects négatifs l'emportent de plus en plus... Ma dernière IAD négative a eu lieu avant Noël 2009. Je pensais qu’ils ne m’appelleraient pas avant mai ou juin.

En janvier 2010, j'ai recommencé un traitement de fécondation in vitro. Ce dernier était un traitement long, avec un risque d'annulation par le faible taux de réussite. Enfin, le 8 février, on m’a introduit 5 beaux spermatozoïdes, parmi lesquels 4 étaient bons, 3 ont fécondé correctement, (2 parfaitement et un moyennement). J'ai eu de la chance, deux sont restés avec moi.

J'ai eu une grossesse difficile. Je suis restée alitée jusqu'à la 20ème semaine environ à cause du risque de fausse couche. Puis le diabète gestationnel est arrivé, suivi de l'hypertension artérielle.

Les médecins ont provoqué l’accouchement la semaine 35, après 17 heures avec ocytocine et avec une dilatation de 3,5 cm. Le 28 septembre à 1h25 et 1h27 ont ouvert leurs yeux sur le monde Néréa et Ariane.

Quand je les ai vues pour la première fois, mon monde a changé. Elles étaient là, elles n’étaient pas une illusion et, après toutes ces épreuves, elles étaient en bonne santé. Tout le monde m'a toujours soutenue depuis le début. Dans ma famille, tous sont émerveillés et sont totalement gagas de mes filles.

Je serai toujours redevable des filles du forum des mères célibataires pour m’avoir aidée, conseillée et simplement avoir été là pour faire face à certains doutes que j’ai eus dans cette épreuve. Et aussi à toutes les internautes qui ont rejoint ma famille pendant cette épreuve. 


Likez la page FaceBook de BébésetMamans et soyez avertie en priorité des tests produits et cadeaux !

Besoin d'aide ? Posez votre question aux autres mamans sur le Forum LE FORUM

Articles pour vous

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
  • Aucun commentaire trouvé

Le Coin des Mamans : activités récentes

banner mama