Plus de 200.000 enfants réfugiés souffrent de malnutrition

Bébé porté dans une écharpe de potage

La diminution de 5 à 60% des approvisionnements dans les camps de réfugiés en Afrique, a pour conséquence directe que des milliers d'enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë. Il suffit pourtant seulement d’un euro par jour pour leur assurer une alimentation suffisante à leur croissance.


« L'augmentation des situations d'urgence et des conflits dans le monde a entraîné une baisse des ressources financières pour les opérations humanitaires, faisant tomber dans l’oubli les réfugiés les plus vulnérables » a déclaré António Guterres, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. Il ajoute : «Il est inacceptable que, dans le monde actuel, où règne l’abondance, des réfugiés souffrent constamment de la faim ou que des enfants doivent cesser d'aller à l'école pour aider leur famille à survivre». António Guterres demande donc que l’on reconsidère les plans de financement pour les situations de déplacement dans le monde. Ainsi, le HCR et le Programme Alimentaire Mondial (PAM ou WFP en anglais) ont lancé l'année dernière un appel commun de soutien pour les camps de réfugiés en Afrique.

Les chiffres sont alarmants : 450.000 réfugiés dans les camps et colonies de la République Centrafricaine, du Tchad et du Sud Soudan ont vu leurs rations alimentaires quotidiennes réduites d'au moins 50% et pour le Tchad, plus particulièrement, de 60%. Pour 338.000 réfugiés au Libéria, au Burkina Faso, au Mozambique, au Ghana, en Mauritanie et en Ouganda, la baisse a été entre 5 et 43%. Des réductions à caractère plus temporaires ont également eu lieu dans plusieurs pays tels que l'Ouganda, le Kenya, l'Ethiopie, la République du Congo, la République Démocratique du Congo et le Cameroun du fait, parfois, de problèmes de sécurité affectant la distribution de l'aide humanitaire.

L'impact de la faim chez les enfants

La malnutrition chez l’enfant pendant les 1000 premiers jours à compter de la conception a sans nul doute des répercutions physiques et mentales qui vont l’affecter toute sa vie. De nombreuses études montrent en effet que ces « retards » ont des conséquences sociales et économiques à long terme pour ces individus.

La malnutrition aiguë chez les enfants de moins de 5 ans atteint des niveaux inacceptables dans plus de 60% des camps de réfugiés africains. C’est pourquoi elle occupe la première place dans les priorités du HCR. Avec seulement 1 euro par jour, on peut financer les trois sachets de Plumpy'nut, une pâte énergétique à base d’arachide qui fournit les nutriments, minéraux et vitamines dont un enfant sous-alimenté a besoin : à raison de trois rations par jour, au bout d’une semaine, l’enfant peut prendre jusqu’à un kilo. Grâce à ce traitement, le nombre d'enfants souffrant de malnutrition aigüe dans les camps de réfugiés du Sud-Soudan et en Ethiopie a été divisé par deux.

POUR VOUS INFORMER ET COLLABORER: http://www.unhcr.org/fr/

(Ça peut vous intéresser : L’allaitement, l’objectif du HCR)

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Aucun commentaire trouvé