Saviez-vous qu'en Suède, le congé parental est partagé entre les deux parents ? Un photographe a capturé ces moments d’intimité des papas suédois s’occupant de leurs enfants : des taches que l’on a l’habitude de voir réalisées par les mamans.

La Suède est pour tous un exemple de la parité et du soutien à la famille. En effet, là-bas, le congé parental qui est de 480 jours (16 mois) peut être réparti entre les deux parents avec un minimum de 60 jours. Au cours des 390 premiers jours, le parent qui ne travaille pas à l’extérieur reçoit au moins 80% de son salaire et, par la suite, 20 euros par jour. Comme encouragement à la répartition du congé parental, il existe également une prime pouvant atteindre 1.500 euros par an et par couple.

Et pourtant, il semblerait qu’en réalité les choses ne se passent pas exactement de cette façon. C’est ce qu’affirme le photographe Johan Bävman (1982) qui, il y a trois ans, alors qu’il se trouvait en congé parental pour s’occuper de son fils Viggo, a commencé à s’informer des autres papas se trouvant dans son cas. Il a alors découvert que « seulement 12% des papas profitaient du congé parental, un chiffre qui ne correspond pas vraiment à l’image que donne la Suède d’un pays égalitaire ». Bävman a alors décidé d’entrer dans le quotidien de ces pères pour comprendre ce qui les motivait à rester à la maison avec leurs enfants et ce qu'ils attendaient de cette expérience. Le résultat en est ces magnifiques images si éloquentes et pleines de poésie, des photos qui nous montrent des moments de la vie quotidienne et dont les femmes sont habituellement les protagonistes. « Mon objectif est d’inciter d'autres papas, en Suèdes et à ailleurs, à reconsidérer cette possibilité » déclare le photographe.

 

Johan Ekengard, le papa d’Ebbe (7 ans), de Tyra (5 ans) et de Stina (1 an), a partagé les trois congés parentaux avec sa compagne. Il explique que la confiance qu’il a gagnée comme père et le renforcement des liens tant au niveau de son couple qu’avec ses enfants ont largement compensé la perte économique engendrée par son arrêt de travail.

Père et ses enfants

Photo : Johan Bävman

 

Urban North, consultant, a pris 10 mois de congé parental, au cours desquels il s’est consacré à son fils, jouant et cuisinant pour son enfant qui, précise-t-il ne mange aucune nourriture industrielle. « À 1 mois Holger était propre et ne portait donc plus de couches. Nous y avons beaucoup travaillé et sommes très fiers de ce résultat ».

Père et bébé

Photo : Johan Bävman

 

Ola Larsson, 41 ans, avoue avoir pleuré la première fois qu’il a laissé son fils à la garderie : « Le système suédois nous permet de tisser des liens affectifs très forts avec nos enfants. C’est un véritable cadeau » dit-il.

Père et bébé

Photo : Johan Bävman

 

Tjeerd van Waijenburg, 34 ans, explique que ses amis hollandais ont du mal à comprendre la répartition équitable du congé parental en Suède : « Là-bas, en Hollande, cela paraît très bizarre si un homme reste 9 mois à la maison. Le congé est de 3 mois par enfant et la majorité des pères ne le prend jamais. Chez Ikéa, où je travaille, on m’encourage à passer plus de temps avec mon enfant ; d’ailleurs, je suis en train de réfléchir à un temps partiel ».

Père et bébé

Photo : Johan Bävman

 

Andreas Bergström, 39 ans, explique que ses enfants ont autant confiance en lui qu’en sa compagne. « C’est important pour moi de voir que mes enfants sont biens avec moi et que je suis aussi capable de les réconforter », dit-il.

Père et ses enfants

Photo: Johan Bävman

 

Göran Sevelin, 27 ans, est heureux de porter son bébé dans une grande écharpe : il se sent ainsi plus proche de sa fille. Il reconnaît qu’avec sa compagne, ils gagnent moins d’argent, mais qu’en compensation ils passent plus de temps avec leur enfant.

Père et bébé

Photo : Johan Bävman

 

Jonas Feldt a partagé le congé parental pour ses deux filles, Lovis (3 ans) et Siri (1 an). « J’ai lu dans un magazine que, selon un sondage, la plupart des enfants vont vers leur mère quand ils sont en colère, cherchent du réconfort ou ont besoin de parler avec quelqu'un. Je veux que mes enfants se sentent autant en sécurité avec moi qu’avec leur mère ; grâce au congé parental, je pense que j’y suis parvenu. Je ne veux pas être juste le papa avec qui on joue et on rit ».

Père et ses enfants

Photo : Johan Bävman

 

Martin Gagner, 35 ans, a été en congé six à sept mois après la naissance de Matilda (4 ans) et de Valdemar (1 an). « Je culpabilise un peu de ne pas avoir été autant à la maison avec Matilde que je ne le suis avec Valdemar » explique-t-il. Puis il ajoute : « Venir s’installer ici depuis la Hollande a été une décision mûrement réfléchie. La Suède est beaucoup mieux pour les enfants ».

Père et ses enfants

Photo : Johan Bävman

 

John Wallin, 30 ans, ingénieur, a partagé le congé parental avec son épouse pour leurs deux enfants. « Je veux être un papa présent et ne pas regretter plus tard de ne avoir passé de temps avec mes enfants ».

Père et ses enfants

Photo : Johan Bävman

 

Magnus Bjergha, 37 ans, analyste systèmes, se sent très fier de pouvoir s’occuper de son enfant pendant ce séjour à la maison.

Père et bébé

Photo : Johan Bävman

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
1 Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Je suis pour le système suédois dommage que la France ne prenne pas exemple sur eux !