Ce que vous allez trouver dans cet article[Masquer]

Au cours des dernières semaines, le coronavirus et ses conséquences ont été au centre de l'actualité et de toutes nos conversations. Cependant, outre les risques sanitaires, l'enfermement lui-même et la crise économique, il existe d'autres types de conséquences auxquelles nous devons commencer à prêter attention : les conséquences psychologiques.

Nous avons déjà commencé à en souffrir : être enfermé à la maison n'est pas facile, que nous soyons seul ou accompagné. Quel effet cela a-t-il sur les enfants, surtout s'ils ne comprennent pas bien pourquoi ils ne peuvent soudainement plus aller à l'école, aller jouer au parc ou être avec leurs amis ? Quel effet cela a-t-il sur les couples, qui doivent soudainement passer 24 heures sur 24 ensemble, sans possibilité de se défouler en se promenant et en discutant avec un ami ? Qu'en est-il de la perte de l'intimité individuelle ? Qu'en est-il de la solitude ? Que se passe-t-il lorsque vous passez des semaines sans voir ou toucher un être cher ?


Anxiété et stress dus au confinement du coronavirus

Parmi les effets psychologiques du coronavirus, l'anxiété et le stress sont les plus présents. Ce sont les effets qui sont apparus le plus rapidement. Certains en ont souffert davantage au début du confinement, compte tenu du changement radical de nos formes de vie ; d'autres les ont davantage subis au fil des jours.

Le stress et l'anxiété peuvent prendre différentes formes et avoir différentes causes. Ils sont influencés par divers facteurs de vulnérabilité, ainsi que par des expériences individuelles et des problèmes antérieurs. La privation de liberté, la séparation des proches ou la perte d'un emploi sont autant de facteurs qui influencent notre bonheur et peuvent provoquer de l'anxiété. À cela s'ajoutent également le télétravail tout en s'occupant des enfants. Selon une étude de l'université Complutense de Madrid, un Espagnol sur cinq souffre de symptômes de dépression et d'anxiété.

Il existe de nombreux troubles psychologiques qui touchent une grande partie de la population confinée, tous liés à l'anxiété et au stress : peur de l'avenir, fatigue émotionnelle ou troubles du sommeil en sont quelques exemples.

 

La solitude du confinement

L'isolement peut être particulièrement difficile pour les personnes âgées qui ont besoin d'aide. En plus d'être particulièrement vulnérables, leur vie sociale est souvent étroitement liée à la promenade ou au shopping. Cependant, les personnes âgées ne sont pas les seules à être touchées par la solitude. Les personnes qui vivent seules et qui sont sujettes à l'inquiétude sont également confrontées à une situation vulnérable car elles ne peuvent pas partager leurs craintes et leur anxiété avec les autres.

 

Problèmes relationnels

Cependant, le fait d'être accompagné n'est pas forcément la solution au problème. De nombreuses études montrent que le nombre de divorces augmente en septembre, après les mois de vacances, lorsque les familles passent plus de temps ensemble. La routine quotidienne et le fait de passer des mois "séparés" peuvent contribuer à brouiller les problèmes de couple : à l'époque du coronavirus, ce voile disparaît. D'autre part, il est plus facile qu'une situation limite place un couple dans une situation instable : il est toujours plus facile d'être heureux quand tout va bien. Gérer les problèmes de la vie commune, se soutenir mutuellement lorsque l'on n'est pas au mieux de sa forme, faire face aux problèmes financiers et à l'avenir incertain sont des obstacles pour tous les couples. Bien sûr, il y aura ceux qui sauront les surmonter et même les éliminer, et il y aura des couples qui découvriront que ce temps supplémentaire a servi à relancer et à renforcer leur relation. Mais combien de personnes découvriront que la personne qui partage leur vie n'est peut-être pas la plus appropriée ?

Les problèmes de la violence conjugale méritent un paragraphe distinct. Que se passe-t-il lorsque vous êtes enfermée à la maison avec une personne qui vous maltraite ? Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé les États à protéger les femmes victimes contre le risque accru de violence de la part de leur conjoint. En France, vous pouvez appeler la ligne d'aide contre les violences domestiques, 3319, ou le site arretonslesviolences.gouv.fr et, pour les violences contre les enfants, le 119 ou le site allo119.gouv.fr.

 

Comment les enfants vivent-ils le confinement lié au coronavirus ?

Nous avons souvent entendu dire que "les enfants s'adaptent à tout", mais cela ne veut pas dire que la situation est facile pour eux. Le sentiment de chaos, l'interruption de leur vie sociale et de leur routine sont des changements difficiles à gérer et qui peuvent avoir des conséquences. Il est nécessaire de leur expliquer clairement, et à un niveau approprié à leur âge, ce qui se passe, ainsi que de les rassurer pour qu'ils n'aient pas peur de retourner à l'école ou de sortir dans la rue. La réouverture des écoles sera une épreuve décisive, et le bon moment pour commencer à évaluer les conséquences psychologiques de la pandémie sur les plus jeunes enfants.

 

Internet est-il un allié ou un ennemi pendant le confinement du coronavirus ?

Sans aucun doute, les nouvelles technologies nous ont rendu la tâche beaucoup plus facile à bien des égards. Ils nous offrent toute une gamme de possibilités de divertissement et nous rapprochent de nos amis et de notre famille, que nous ne pouvons malheureusement pas voir en personne. Ils nous permettent également de travailler, ce qui a permis d'éviter encore plus de pertes d'emplois. Cependant, elles ont un côté négatif : le flux constant d'informations. Les fausses nouvelles se répandent très rapidement et l'excès d'informations contribue à l'augmentation de la peur et de l'anxiété.

 

Et maintenant, que faisons-nous ?

Les experts avertissent que les conséquences psychologiques de la pandémie pourraient durer des mois, voire des années. Des problèmes tels que la dépression, le stress, l'anxiété et l'insomnie ne sont pas faciles à surmonter et, s'il est compréhensible qu'ils soient répandus dans une situation comme celle que nous connaissons actuellement, il faut les traiter pour éviter qu'ils ne s'aggravent.

Nous devons garder à l'esprit que tous les facteurs qui augmentent le risque de dépression ne disparaîtront pas une fois l'enfermement terminé. Les pertes d'emploi, les situations économiques précaires et la perte d'amis et de parents à qui, dans de nombreux cas, nous n'avons pas pu dire au revoir, exigent du temps pour être surmontées. Il est facile de comprendre pourquoi les conséquences de cette pandémie seront présentes dans l'imaginaire collectif pendant longtemps.

Une autre des expressions les plus couramment utilisées pendant cette crise a été celle de "la nouvelle normalité". De nombreux experts affirment que nous devrons changer nos comportements sociaux : la manière dont nous nous rencontrons, la manière dont nous nous touchons. Il semble que nous devrons attendre encore longtemps avant de pouvoir embrasser et étreindre nos proches. Quels effets cela aura-t-il à long terme ?

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Aucun commentaire trouvé