La douleur de l’accouchement à chaque étape



Femme enceinte qui souffre de contractions

Nous vous décrivons une « cartographie des douleurs de l'accouchement » qui peut vous aider à l’affronter avec plus de calme et de façon plus consciente, phase après phase et en détails.

 

La douleur de la dilatation et de l'accouchement est ce qui effraie généralement le plus les futures mamans. Pour cette raison, il est préférable de ne pas laisser de place à la surprise et de savoir à l'avance comment la douleur se manifeste et comment elle peut être contrôlée.

Il est vrai que chaque personne a un seuil de tolérance à la douleur différent, ainsi qu’un rythme et une dynamique qui lui est propre. Cependant, bien que chaque femme vit et fait face à la douleur à sa façon, il existe une configuration de la douleur très concrète provoquée par l’accouchement et commune à toutes les femmes. Découvrez comment la douleur est localisée à chaque étape de l’accouchement et les systèmes d’analgésie les plus efficaces à chaque moment.

 

La première phase : le dos

Avec les premières contractions, on commence à ressentir des douleurs dans la région lombaire, semblables à celles des menstruations, mais plus intenses. Elles sont aiguës et diffuses, car elles rayonnent dans une zone assez large. Dans un premier temps, on les remarque à peine, mais elles s’intensifient par la suite, même si elles sont irrégulières.

Pourquoi ces douleurs dans le dos ?

Dans la phase initiale de la dilatation, le col de l’utérus se transforme pour permettre la naissance. Étant fermé et dans une position arrière, il se transforme pour former un angle avec la cavité utérine, il se centre et finit par s’aplatir. Les récepteurs présents dans le col de l’utérus ramènent la douleur vers la région lombaire.

Les méthodes les plus efficaces pour lutter contre les douleurs dans le dos

Pour soulager l'inconfort des premiers moments, il suffit souvent d’y penser le moins possible et de continuer à faire ce que l’on faisait. Dans cette première phase, il est bon de masser le bas du dos, sur les côtés de la colonne vertébrale, où l'innervation est plus superficielle. C’est une zone en forme de triangle sur laquelle on peut exercer une pression, appliquer des compresses chaudes ou un gel à l’arnica. Le col de l'utérus a besoin d’« intimité » et de détente pour s’ouvrir, les huiles essentielles au gingembre ou à la lavande douce (une goutte frictionnée sous le sternum) fournissent un effet calmant.

 

La deuxième phase : le ventre

Quand la dilatation progresse, la douleur s'intensifie. Elle continue tout d’abord à se diffuser à partir de l’utérus et se localise ensuite au fond du ventre, au-dessus de la vessie et du pubis. Elle a une fréquence rythmique : douleur et pause ; contraction et relaxation ; inconfort et bien-être.

Pourquoi cette douleur au ventre ?

L’activité contractile de l’utérus s'intensifie. La descente de l'enfant à travers la voie basse provoque une distension de la vessie et des organes péritonéaux. Si la douleur survient brutalement, elle peut être due à un mauvais positionnement du bébé.

Les méthodes les plus efficaces pour lutter contre la douleur au ventre

Pour réduire la douleur, il est bon d’uriner régulièrement, de prendre des collations énergétiques mais légères, et de boire fréquemment. Par ailleurs, adopter la position que l’on veut permet de mieux supporter la douleur et de favoriser le repos du bébé.

 

La troisième étape : la zone sacrée

Au moment de la poussée, lors de la contraction, on perçoit une forte pression sur le pubis, l’os sacrum, le sphincter anal et le début des cuisses, et une sensation de brûlure dans le vagin. La douleur devient très localisée et peut même causer une brûlure. À mesure que la tête du bébé pousse sur le périnée, la douleur est remplacée par des contractions très intenses et par le besoin pressant de pousser.

Pourquoi cette douleur lors de l’accouchement ?

Une fois la dilatation totale, l'expulsion commence. La tête appuie directement sur le périnée, la bande de muscle située entre le vagin et l'anus.

Les méthodes les plus efficaces pour lutter contre la douleur de l’accouchement

La meilleure façon de sentir moins de douleur est d’adopter la position dans laquelle la maman se trouve la plus à l’aise : sur un côté, assise, accroupie, à quatre pattes ou debout. La position couchée (allongée sur le dos) est la moins indiquée pour contrôler la douleur. Et la maman doit pousser quand elle en ressent le besoin, pas quand elle en reçoit l’« ordre ». Effectuer des respirations abdominales et profondes contribue également à soulager la douleur.

 

La quatrième phase : après la naissance

Une fois la tête dehors ainsi que la première épaule, le bébé sort complètement et la douleur cesse. On ressent encore une légère brûlure, en attendant l’expulsion du placenta, pendant une demi-heure ou une heure, qui est indolore. Dans les heures suivantes, on remarque les « tranchées », les contractions que l’utérus effectue pour éviter les saignements. En cas d’épisiotomie, la suture peut être douloureuse. Si une césarienne a été pratiquée, les désagréments typiques d’une intervention chirurgicale peuvent surgir.

Les méthodes les plus efficaces après la naissance

En cas d'épisiotomie, des exercices du périnée peuvent être réalisés juste après avoir accouché : faire bouger la zone réduit l'inflammation et réduit la période de guérison. Pour les points ou les déchirements, une anesthésie locale est obligatoire.



Besoin d'aide ? Posez votre question aux autres mamans sur le Forum LE FORUM

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
  • Aucun commentaire trouvé

Le Coin des Mamans : activités récentes

banner mama