Les poussées sont effectuées par la femme enceinte pendant la phase expulsive de l’accouchement. En fonction du niveau de médicalisation de l’accouchement, les poussées peuvent être spontanées ou dirigées. Nous vous expliquons les différences.

 

De toutes les différentes phases qui font partie de l'accouchement, celle appelée « poussées de l’accouchement » sont les poussées effectuées par la mère pendant la phase d'expulsion, pour faciliter la sortie du bébé. Après une dilatation normale, les poussées surviennent instinctivement : la mère a envie de pousser quand le fœtus exerce une pression en cherchant la sortie. Chez les femmes enceintes qui attendent leur premier enfant, cette période peut durer 2 à 3 heures, alors qu'elle est réduite à une heure, approximativement, si la mère a déjà accouché auparavant. Cependant, aujourd'hui, la médicalisation des naissances et, plus particulièrement, la généralisation de la péridurale qui vise à éliminer la douleur de l'accouchement, et par conséquent les sensations des contractions, fait que les poussées sont dirigées par la sage-femme ou le gynécologue qui indique à la maman à quel moment elle doit pousser, en suivant la courbe des contractions présentes sur le monitoring.

 

(Ça peut vous intéresser : Comment contrôler la douleur de l'accouchement)

 

Poussées pendant l’accouchement : spontanées ou dirigées

Les poussées spontanées ou physiologiques de la naissance aident la mère qui, en suivant son instinct naturel et le déroulé de l’accouchement, ressent le besoin de pousser aux moments venus.

Les poussées dirigées ont lieu lorsque le personnel médical, présent aux côtés de la mère, « dirige l'opération ». Il indique à la mère quand pousser, en fonction de la surveillance des contractions. La plupart du temps, les poussées sont dirigées si la femme a demandé une péridurale qui réduit les sensations au point de ne plus sentir les contractions et, par conséquent, les besoins instinctifs de pousser.

Bien que les deux façons de pousser offrent le même résultat, c'est-à-dire la naissance de l'enfant, de nombreux experts ne soutiennent pas systématiquement les poussées dirigées, estimant que cela modifie le processus et la durée de l’accouchement, en plus d’engendrer une plus grande probabilité d'avoir à intervenir avec des manœuvres telles que l'épisiotomie. De plus, ils estiment que les zones comme le périnée de la mère peuvent être plus affectées, puisque ce dernier est soumis à une très forte pression à un moment qui ne le nécessite peut-être pas.

 

Comment pousser correctement pendant l’accouchement

Les poussées de l’accouchement sont un réflexe provoqué par la pression exercée par la tête du bébé sur le périnée de la mère. Bien qu’elle puisse ressentir le besoin naturel de pousser, il est pratique de faire coïncider la poussée avec la contraction, afin d'unir les deux forces et d'amener le bébé à descendre plus rapidement.

Pour que la poussée soit vraiment efficace, il faut exercer une force en contractant la paroi de l'abdomen et en la poussant vers le bas, en accompagnant la contraction dans la mesure du possible. Dans ce cas, la respiration joue un rôle fondamental. Que ce soit en inspirant ou en expirant, la mère peut avoir plus de force si elle contrôle sa respiration pendant les poussées.

En ce sens, lors des cours de préparation à l'accouchement, on enseigne généralement aux futures mères comment bien pousser et comment contrôler efficacement la respiration pendant l’accouchement.

 

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Aucun commentaire trouvé