Cours de préparation à l'accouchement : lequel choisir ?



Le cours de préparation à l’accouchement, outre l’intérêt d’informer les futurs parents sur le déroulement du travail, de l’accouchement et des soins à donner à bébé est aussi un espace d’échange, un lieu qui doit les aider à grandir et à se préparer à leur futur rôle. C’est en tout cas ce que cela devrait être... Mais comment choisir ?

 

Cours de préparation à l’accouchement : un lieu d’écoute

Malheureusement, dans le langage courant, on parle encore de « cours de préparation à l’accouchement » comme si l’on préparait les participants à un examen. Or ces « cours » ne devraient pas avoir comme unique finalité d’expliquer à la future maman comment elle devra affronter les douleurs de l’accouchement, ils devraient également être un lieu d’écoute où la femme enceinte trouve une réponse à toutes ses questions.

Les cours de préparation à l’accouchement (il serait préférable de parler de « rencontres ») ainsi conçus seraient intéressants, non seulement pour les femmes qui attendent leur premier enfant, mais également pour celles qui ont déjà des enfants et qui n’ont plus de temps pour elles-mêmes. Or, la majorité des cours qui sont dispensés aujourd’hui sont une succession de thèmes présentés par un ou plusieurs experts (sage-femme, gynécologue, pédiatre, anesthésiste,...) qui traitent leur spécialité. Le cours de préparation à l’accouchement est de cette façon plus centré sur la compétence des professionnels que sur les réels besoins des femmes.

Cours de préparation à l’accouchement : adapté à vos besoins

Dans les nouveaux cours d’accompagnement à l’accouchement, les parents découvrent avec joie qu’ils possèdent déjà certaines compétences innées et d’infinies ressources intérieures, tandis que ceux qui animent ces réunions ne se posent pas uniquement comme des experts qui inculquent des connaissances ou donnent des conseils, ils tiennent compte avant tout des besoins réels et des sentiments que peuvent ressentir les femmes enceintes. Celles-ci sont d’ailleurs invitées à participer activement lors des sessions afin que les informations qui sont données et les exercices qui sont pratiqués correspondent au mieux aux nécessités exprimées par le groupe.

Il est donc intéressant, avant de se décider pour un cours, de s’informer de ce qui vous est proposé, tant dans le public que dans le privé, afin de pouvoir choisir en fonction de vos besoins. Préférez les cours organisés en modules avec des sessions d’information, de dialogue et de connaissance de soi à travers le mouvement corporel. Concernant ce dernier point, il peut aussi bien s’agir de simples exercices de respiration et de relaxation que de séances de chant, de danse créative, de danse du ventre, de Tai-chi, etc…

Certains cours de préparation à l’accouchement sont également conçus pour les couples : le futur papa y apprendra notamment comment aider sa compagne, physiquement et psychologiquement, pendant la grossesse, au moment de l'accouchement et lors du post-partum (exercices de respiration, massages, positions, etc…).

Cours de préparation à l’accouchement : flexibilité

De nombreux cours de préparation à l’accouchement commencent et débutent à une date fixée d’avance et comprennent un nombre préétabli de séances (en général entre 10 et 20). Si la finalité du cours est vraiment d’accompagner la femme enceinte sur le chemin de la maternité, les séances devraient se poursuivre au-delà de l’accouchement, d’autant que les dernières semaines de grossesse sont souvent une période stress en raison de la naissance imminente.

L’avantage, lorsque le cours de préparation à l’accouchement n’a pas de durée définie est que les thèmes sont plus variés et que vous pouvez côtoyer des femmes qui se trouvent à d’autres stades que le vôtre de la grossesse ; certaines mêmes ont déjà leur bébé et peuvent partager leur expérience. La complicité, le soutien et l’entraide conduisent aussi parfois à des amitiés qui perdurent bien au-delà de l’accouchement.

Cours de préparation à l’accouchement : l’importance de l’activité physique

Le corps étant particulièrement sollicité lors de l’accouchement, mais aussi pendant toute la période de l’allaitement, il est fondamental de s’en occuper. Les exercices réalisés pendant le cours de préparation à l’accouchement sont bénéfiques à plusieurs égards : ils permettent à la femme enceinte, en découvrant son potentiel et ses limites physiques, d’avoir une plus grande confiance en ses capacités ; en soulageant le stress physique et émotionnel, ils permettent aussi aux futures mamans de prendre conscience de cette force et de cette connaissance qu’elles possèdent toutes au fonds d’elles-mêmes et qui, par l’épreuve de l’accouchement, leur apportent épanouissement et plénitude.

Afin d’avoir le temps nécessaire pour réaliser ce long parcours de la connaissance de soi, on conseille aux femmes enceintes de commencer les cours de préparation à l’accouchement le plus tôt possible. C’est normalement possible dès le troisième mois de la grossesse, lorsque les risques de fausse-couche ont disparu.

Voici quelques-unes des activités physiques que vous pourrez trouver dans les cours de préparation à l’accouchement.

Le Stretching
Il s’agit d’exercices très doux d’étirement et de relaxation pour assouplir les muscles afin de rendre le travail moins douloureux et plus rapide.
Quand commencer le strectching ? À partir du 4ème mois de grossesse.

Le Yoga prénatal
De cette ancienne discipline indienne dérivent de nombreuses techniques utilisées aujourd'hui dans les cours de préparation à l’accouchement : les étirements, l’eutonie, l'hypnose ou le training autogène. Pendant la grossesse, le yoga permet de prendre pleinement conscience de son corps à travers le mouvement, la respiration et la visualisation. Certains exercices aident à détendre le périnée (utile pour faciliter le passage de bébé par le canal de naissance), à apprendre à lâcher prise, à se détendre, à reprendre des forces et retrouver un équilibre intérieur entre les contractions.
Quand commencer le yoga prénatal ? À partir du 4ème mois de grossesse.

Le Tai-Chi 
Cette discipline originaire de Chine est une sorte de danse lente faite d’un enchainement de mouvements simples, lents, fluides et harmonieux, inspirés des éléments de la nature. Également appelé « méditation en mouvement », le Tai Chi aide à retrouver le calme, à détendre les articulations à et apaiser les tensions ; la chorégraphie est souvent accompagnée d’une musique agréable et apaisante. Pendant l’accouchement, entre les contractions, les mouvements de Tai Chi vous aideront à rééquilibrer votre énergie, à retrouver sérénité et paix intérieure.

Quand commencer le Tai Chi ? À tout moment de la grossesse.

La Danse du ventre 
Cette danse puissante du Moyen-Orient met tout le corps en mouvement : l’alternance de mouvements doux et lents avec d’autres plus secs et rapides permet d’améliorer le maintien et la posture. C’est la danse par excellence pour travailler les hanches car elle demande de bouger vigoureusement la région pelvienne ce qui, en plus de tonifier le périnée, renforce les muscles abdominaux, les abducteurs et les fessiers. Elle améliore en outre l'image que l’on a de soi-même. Pendant l’accouchement, les mouvements de la danse du ventre permettent d’augmenter le diamètre pelvien, facilitent les mouvements de rotation et de flexion du fœtus ainsi que la phase d'expulsion.

Quand commencer la danse du ventre ? À partir du 4ème mois de grossesse.

La Danse créative
Les femmes dansent librement, sans figure imposée, en fonction de ce que les mots, les sons ou les images proposées évoquent pour elles. Cette danse éveille l'instinct, la fluidité et la flexibilité, des qualités essentielles pour vivre sereinement les changements psychophysiques de la maternité. Physiquement, elle créé une sorte de massage interne, qui agit sur le système lymphatique, améliore la circulation, relâche la tension des muscles, de la colonne vertébrale et assoupli les hanches.

Quand commencer la danse créative ? À tout moment de la grossesse.

L’Aguagym
Les mouvements réalisés dans l'eau permettent d’améliorer la circulation veineuse, le tonus cardiovasculaire et la capacité respiratoire. Ils réduisent en outre les risques d’œdèmes dans les jambes et activent le transit intestinal. Une eau à 33-34°C apporte un bien-être général, du fait de la sécrétion d'endorphines que génère le contact de l'eau chaude.

Quand commencer l’aquagym ? À tout moment de la grossesse.

Le Pilates
La méthode Pilates, du nom de son fondateur, date du XXe siècle. Elle consiste en un ensemble d’exercices qui visent à développer notamment les muscles profonds pour, dans le cas de la femme enceinte, ré-établir un centre de gravité qui a tendance à se déplacer vers l’avant pendant la grossesse et à entraîner de violentes douleurs de dos. Les mouvements, en détendant les muscles dorsaux et en renforçant le périnée permettent de respirer correctement.

Quand commencer le Pilates ? À partir du 4ème mois de grossesse.



Besoin d'aide ? Posez votre question aux autres mamans sur le Forum LE FORUM

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
  • Aucun commentaire trouvé

Le Coin des Mamans : activités récentes

banner mama