L’ambiance idéale pour accoucher



Maman avec son nouveau née

0 Comentarios Comentar

L'arrivée de bébé doit se faire dans une atmosphère intime, calme et paisible. Le lieu, l'état de la maman, le soutien de la sage-femme... Quels sont les éléments essentiels pour une naissance idéale ?

 

À l'approche de l’accouchement, certaines hormones du corps s’activent ; elles vont aider la mère et l'enfant à se préparer à la naissance. Le rôle de l'ocytocine, en particulier, est fondamental : cette hormone provoque les contractions, facilite l'expulsion du fœtus et, après la naissance, favorise l'attachement entre la mère et son bébé. Elle assure également la montée de lait et du colostrum.

En plus de l'ocytocine, le corps de la femme sécrète des opioïdes endogènes, de puissants anti-douleur qui rendent supportables les contractions. Toutefois, pour que ces mécanismes fonctionnent correctement, certaines conditions sont nécessaires, dont la plus importante étant que la future maman se sente dans un endroit sûr. Si l'environnement n’est pas propice, elle peut générer des hormones de stress qui nuiraient au bon déroulement de l’accouchement.

Nous allons voir ici quels sont les éléments dont il faut tenir compte pour créer l’environnement idéal à l'accouchement.



Photo 1 de

|

La salle d'accouchement

La salle d'accouchement doit être un lieu agréable, ni trop petit ni trop grand, et les instruments médicaux hors de la vue de la maman. Si elle ne se sent pas à l'aise, elle risque d’entrer dans un état de stress et de produire de l'adrénaline, une hormone qui inhibe la sécrétion de l'ocytocine. Il est donc important que l'atmosphère soit agréable et la lumière tamisée pour permettre au corps de sécréter de la mélatonine, l’hormone qui pénètre dans le sang quand nous nous endormons, réduisant ainsi l'activité cérébrale et favorisant la détente.

|

L’assistance adéquate

Pour garantir une bonne concentration pendant l'accouchement, il est essentiel que la future maman ne soit accompagnée que de son partenaire (ou une personne de confiance) et de la sage-femme, qui est un peu sa référence. La future maman doit avoir pleinement confiance en celle-ci et la sage-femme qui doit la tranquilliser et l’aider si nécessaire. L’idéal est que ce soit la même sage-femme qui assure le suivi de la grossesse et l’accouchement. Si cela n’est pas possible en raison de l'organisation des équipes de travail, la sage-femme doit expliquer à la future maman qu’elle la confie à une de ses collègues et la rassurer en lui disant qu’elle la laisse entre de bonnes mains.

|

Préférer le langage non verbal

Le partenaire ou la personne de confiance qui accompagne la future maman doit savoir que le plus efficace pour la tranquilliser est le langage non verbal : les gestes de réconfort, les massages, les câlins... sont essentiels pour le bien-être de la femme. Si vous devez parler ou souhaitez l’encourager, utilisez un ton de voix bas et des expressions simples et suggestives.

|

Comportement pendant l'accouchement

Le moment le plus délicat est celui de l’accouchement. Lorsque la future maman arrive à l'hôpital après avoir ressenti les premières contractions, c’est un peu la panique : on lui pose des questions, elle est séparée de son partenaire, l'environnement hospitalier peut générer du stress... L'équipe médicale doit être consciente de l’importance de transmettre sérénité et confort.
De son côté, la future maman doit lui faire pleinement confiance et essayer d’être le plus détendue possible. Si nécessaire, les médecins procèderont à une péridurale ou, après en avoir au préalable informé la future maman, à une césarienne. Il faut garder à l’esprit que l’équipe médicale agit toujours dans le souci de préserver la sécurité de la mère et du bébé.

|

Bébé est là, à côté de vous

Après l'accouchement, les hormones continuent à jouer un rôle important. Si la maman peut garder son bébé auprès d’elle et qu’elle n’est pas dérangée par des stimuli externes, elle sécrète dès la naissance une grande quantité d'ocytocine, cette hormone qui créé le lien entre elle et son bébé. Il est donc fondamental que tous deux restent ensemble et ne soient pas séparés. En plus de leur assurer ce bien-être, on diminue de cette manière le risque de dépression post-partum et on favorise l'allaitement. À la naissance, le bébé cherche naturellement le sein et est prêt à recevoir le colostrum. C’est la prolactine, l'hormone de la maternité, qui assure la première production de lait. Le plus important est que la jeune maman continue à se trouver dans une ambiance détendue et sécurisée.



Besoin d'aide ? Posez votre question aux autres mamans sur le Forum LE FORUM

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
  • Aucun commentaire trouvé

banner mama