J'ai une fille de 4 ans et un fils de 12 mois. Quatre mois avant que mon fils naisse, ma fille a commencé à montrer qu’elle ne prenait pas bien l’arrivée d’un petit frère.

 

Quand nous parlions de lui, elle changeait de sujet, elle ne voulait rien savoir des choses que nous achetions au bébé et elle a commencé à mal dormir et à être très pleurnicharde.

Une fois que Pierre est né, son attitude s’est aggravée. En plus de ce qu’elle faisait avant, elle ne laissait personne voir son frère et lui couvrait le visage quand quelqu’un s’approchait pour le voir. Elle ne mangeait presque pas.

Maintenant que Pierre est un peu plus grand et vient de commencer à marcher, ma fille ne le laisse pas en paix un instant : elle lui enlève tout ce qu’il prend, veut tout ce qu’il a, n’arrête pas de semer la zizanie et le pire de tout est que, quand elle croit que nous ne la voyons pas, elle le pousse ou lui fait de petites choses pour qu’il pleure.

Notre préoccupation est de savoir si cela peut aller plus loin et être quelque chose qui peut vraiment nuire à son frère. Quand elle est seule avec nous, elle se conduit bien, mais quand son frère est là, elle est totalement désobéissante et fait le contraire de ce qu'on lui dit.

Nous sommes très préoccupés parce que nous savons qu'elle ne pense pas faire de mauvaises choses et nous ne savons pas comment agir. Nous félicitons tout ce qu’elle fait bien, elle aime beaucoup de choses, nous passons beaucoup de temps avec elle en jouant et en apprenant des choses, mais c'est comme si tout cela ne lui parvenait pas. Nous ne savons pas si cela est « normal » et passera tout seul ou si nous devrions voir un spécialiste.

 

Réponse du Pédiatre

La jalousie chez les frères et sœurs aînés est tout à fait normale et il faut la considérer comme tel. Il est cependant vrai qu'elle peut atteindre un point où elle cause de l’inquiétude, comme c'est le cas de votre fille car, se laissant entraîner par sa jalousie, elle peut faire du mal au bébé, étant donné qu’elle ne peut pas évaluer les conséquences de ses actions : la pousse peut être plus forte, la « caresse » devenir un coup de poing, et ainsi de suite...

La capacité de compréhension d’un enfant de quatre ans est élevée, j'entends par là qu'on peut lui expliquer qu'on l’aime toujours comme avant, mais que le bébé a besoin de plus d’attention et de soins. Elle aussi peut aider maman à s’occuper du bébé, mais jamais seule.

Les mots d'amour envers elle, les câlins, les moments de tendresse, peuvent être efficaces même s’ils n’ont pas un effet immédiat. Par ailleurs, vous ne devez pas tolérer quand elle ne se comporte pas bien et, au contraire, vous devez la féliciter pour ce qu'elle fait bien.

Ce comportement ne signifie pas qu’elle n’aime pas son frère ou qu’elle ne vous aime plus : s’il n’y a pas d'amour, il n'y a pas de jalousie, en tenant compte aussi du fait qu’un enfant qui ne montre pas de jalousie envers son ou ses frères et sœurs doit plus préoccuper car cela peut montrer que sa capacité mentale ne lui permet pas d'évaluer la nouvelle situation.

Si, comme nous l'avons dit à plusieurs reprises dans cette rubrique, les enfants sont égocentriques (ce qui n'est pas synonyme d'égoïstes) et cruels (ce qui n'est pas synonyme de méchants), tout cela rentre dans la logique absolue des agissements de l'enfant, qui attire l’attention de toute la famille.

Salvador Dali disait, « qu’ils parlent bien ou qu’il parlent mal, l’important est qu’ils parlent »...

Dans de nombreux cas, le papa peut collaborer très efficacement à atténuer le problème. Le samedi matin, ils peuvent aller tous les deux acheter du pain, le journal, une bande dessinée pour elle. De cette façon, de nombreux enfants sentent avec ces « détails » qu’en effet, être le plus grand ne comporte pas que des inconvénients, mais que ça a aussi ses avantages.

Si, malgré tout, vous considérez que la jalousie de votre fille est très exagérée, qu’elle rentre dans le concept de jalousie pathologique, l’intervention d’un pédopsychiatre ou d’un psychologue clinique infantile peut devenir nécessaire afin de déterminer s’il existe un trouble de fond responsable de l’origine de cette jalousie qui échappe à la normale, bien que ce soit hautement improbable.

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Aucun commentaire trouvé