Cauchemars et terreurs nocturnes : comment faire la différence

Bébé qui dort avec son doudou

Les cauchemars et les terreurs nocturnes sont des troubles du sommeil très fréquents chez l’enfant mais qu’il convient néanmoins de ne pas confondre. Nous vous expliquons ici comment les différencier et comment agir dans chacun des cas.


Tous les enfants font des cauchemars ou souffrent de terreurs nocturnes à un moment ou à un autre de leur vie. Ce sont des manifestations considérées comme normales au cours de la croissance et qui disparaissent généralement spontanément au fur et à mesure que l’enfant grandit. Il est cependant important de savoir les distinguer pour agir de manière adéquate.

Les terreurs nocturnes chez le bébé et l’enfant

Les terreurs nocturnes sont moins fréquentes que les cauchemars. Elles correspondent à des épisodes de peur très intense et ne sont pas liées à un évènement spécifique ni au contenu du rêve. Les terreurs nocturnes surviennent dans la première partie de la nuit ou au petit matin et durent généralement entre 5 et 15 minutes. Elles sont fréquentes chez les enfants âgés de 1 à 8 ans, même si parfois elles peuvent se produire lorsqu'ils sont plus âgés.

Terreurs nocturnes : les causes

La cause des terreurs nocturnes n'est pas claire. On pense qu'elles peuvent être dues à une série de « perturbations » naturelles du système nerveux, un manque de sommeil, trop d'excitation avant le coucher, des souvenirs d'expériences vécues au cours de la journée ou encore à des médicaments qui agissent sur le système nerveux central.

Terreurs nocturnes : comment les gérer ?

Les terreurs nocturnes font plus peur aux adultes qu'aux enfants, qui n’en sont, en général, même pas conscients.

L'enfant a l'air à la fois éveillé et endormi, il a les yeux grands ouverts et le regard dans le vide, il ne se réveille pas tout de suite, même si vous l'appelez, il chuchote, crie parfois, est agité et semble vouloir échapper à quelque chose. Après la crise, l'enfant se rendort paisiblement, comme si rien ne s'était passé et n’en garde aucun souvenir le lendemain. Les enfants ne réagissent cependant pas tous avec la même intensité aux terreurs nocturnes.

Si votre enfant souffre de terreurs nocturnes :

- Ne le réveillez pas.

- Parlez-lui doucement afin de le tranquilliser ; si, au contraire, il est réveillé, asseyez-vous à côté de lui, dans son lit, et montrez-lui qu’il n'y a aucune raison d'avoir peur.

- Le lendemain matin, l'enfant ne se souvenant de rien, ne lui posez pas de question, il ne pourra pas y répondre.

Les cauchemars chez le bébé et l’enfant

Les cauchemars ne sont rien d'autre que de mauvais rêves qui provoquent peur et panique. Ils ont lieu pendant la phase de sommeil paradoxal (celle qui fait suite au sommeil lent) et peuvent durer plus de dix minutes.

Les cauchemars sont fréquents chez les enfants de 2 à 4 ans car, à cet âge, ils ne savent pas encore faire la différence entre la réalité et la fiction.

Souvent, les cauchemars sont liés à des épisodes de la vie réelle : une nouvelle nounou, l'absence du papa ou de la maman, une dispute familiale ou une scène qui a impressionné l'enfant (ce peut être aussi une émission que l’enfant a vue à la télévision).

L’enfant qui fait un cauchemar se réveille effrayé et pleure jusqu’à ce qu’on vienne le consoler. Le lendemain, il est capable de se rappeler de son cauchemar.

- La première chose à faire face à un cauchemar est de rassurer l'enfant : parlez-lui doucement en lui expliquant qu'il est en sécurité dans sa chambre ; faites-lui comprendre que ce n'est qu'un rêve.

- Ne lui donnez pas l'impression de sous-estimer ce qui s'est passé : les craintes de l'enfant sont réelles et doivent être prises au sérieux.

L'enfant a souvent peur de se rendormir parce qu'il pense que le cauchemar peut se reproduire.

- Restez avec lui jusqu'à ce qu'il se rendorme.

- Vous pouvez lui expliquer que notre cerveau a un bouton spécial qui contrôle les rêves et que, si on appuie dessus, il se passe la même chose qu'avec la télécommande de la télé : on peut changer de programme.

Incitez votre enfant à parler de ses mauvais rêves pendant la journée. Rassurez-le en lui disant que beaucoup d'enfants de son âge se trouvent dans son cas.

Si le cauchemar se répète plusieurs fois, essayez d’imaginer avec votre enfant une fin joyeuse. Par exemple, faites-lui penser à un personnage très fort ou bien à une arme magique capable de l'aider à maîtriser cette situation négative.

Terreurs nocturnes et cauchemars : quand consulter le pédiatre ?

Il convient de consulter le pédiatre lorsque :

- Pendant la crise, votre enfant souffre de contractions, de rigidité ou de sursauts ;

- La crise de terreur nocturne dure plus de 30 minutes ;

- Les cauchemars et terreurs nocturnes ne diminuent pas, voire même empirent, après avoir appliqué les conseils que nous vous avons donnés ;

- Pour diverses raisons, l'enfant ressent une angoisse qui interfère dans ses activités quotidiennes.


Likez la page FaceBook de BébésetMamans et soyez avertie en priorité des tests produits et cadeaux !

Besoin d'aide ? Posez votre question aux autres mamans sur le Forum LE FORUM

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
  • Aucun commentaire trouvé

banner bebe