Une étude établit un lien entre la détérioration de la qualité du sperme et les toxines transmises de la mère à l'enfant pendant la grossesse et l'allaitement.


Le lait maternel dans les zones rurales est de meilleure qualité que dans les villes, tout comme la qualité du sperme.

Les femmes vivant à la campagne ont un meilleur lait que les femmes vivant en ville. C'est l'une des conclusions de l'étude, qui compare le lait de 34 femmes citadines qui allaitent avec 34 femmes vivant à la campagne et révèle que la pollution urbaine augmente la présence de toxines, également dans le lait maternel. En fait, le lait des citadines présente des niveaux jusqu'à quatre fois supérieurs que les perturbateurs endocriniens. Une moins bonne qualité du lait maternel se traduit par une moins bonne qualité du sperme chez les enfants. Tant et si bien que 27% des jeunes citadins ont une concentration de spermatozoïdes inférieure à la normale, tandis qu'à la campagne, le pourcentage de jeunes ayant une mauvaise qualité de sperme est réduit à 8,5%.

Comment se produit cette relation entre le lait maternel et le sperme et le lieu d’habitation des mamans?

Dans les zones urbaines, les mères consomment plus d'aliments emballés, respirent plus de produits toxiques et de pesticides, ce qui augmente la transmission de perturbateurs endocriniens. Les mères stockent ces toxines dans les tissus adipeux et les transmettent à leurs enfants pendant la grossesse et l’allaitement. Ces perturbateurs agissent dans le corps des hommes comme de faux œstrogènes qui, en compétition avec la testostérone, font que les testicules des enfants luttent pour arriver à se développer correctement.

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Aucun commentaire trouvé