Je vais vous expliquer mon problème, j'ai un bébé de six mois qui a une bronchiolite depuis ses 5 mois.

 

Son pédiatre le traite avec de la Ventoline et Pulmicort. Il y a une semaine, on aurait dit qu’il allait mieux et il a décidé de réduire la dose de Ventoline et de passer au Pulmicort 100 mais cette semaine il a à nouveau beaucoup de toux et une gêne dans la poitrine, avec beaucoup de glaire... J’aimerais savoir s’il ne serait pas bon qu’il fasse quelques exercices de physiothérapie respiratoire pour que ça l’aide à éliminer tout le mucus qu’il a? Car depuis qu’il a un mois, nous lui donnons du sérum et lui nettoyons le mucus... Je ne sais pas si autant de sérum est bon. Merci beaucoup.

 

Réponse du Pédiatre

La bronchiolite est une inflammation des bronches les plus petites du système respiratoire (bronchioles). Le plus souvent, elle est causée par plusieurs virus respiratoires, le plus courant est, par sa fréquence, le virus respiratoire syncytial, même si, comme je le dis, il y en a d'autres qui peuvent causer des récidives de la maladie.

S’agissant d’infections virales, il n'existe aucun traitement spécifique, sauf pour quelques virus, dans ce cas, le traitement est uniquement indiqué lorsqu’il s’agit d’une bronchiolite sévère, où une hospitalisation est nécessaire. Le reste des médicaments est symptomatique, c’est-à-dire, agit sur les symptômes causés par la ou les bronchiolites (bronchospasme et inflammation, en particulier).

Les bronchodilatateurs, pour une raison physiologique-anatomique des bronches et des bronchioles d'un bébé, peuvent ne pas être très efficaces, et les anti-inflammatoires inhalés sont souvent lents. Il est également important que tant les uns comme les autres, utilisés par l’inhalation, soient administrés à travers un masque d'inhalation pour bébé, en suivant une technique correcte, pour avoir son effet maximum.

Quand un enfant de moins de deux ans souffre de plus de trois épisodes de bronchiolite, on considère qu'il s'agit d'un enfant asthmatique, chez qui les symptômes ne dépendent pas exclusivement de l’«agressivité» des virus responsables, mais d’une sensibilité particulière qui a été créée dans le système respiratoire de l'enfant (hyperréactivité respiratoire). Cette sensibilité réagit avec des symptômes similaires: toux, respiration sifflante, oppression thoracique, etc., face à l'infection par le virus qui, dans d'autres circonstances ou chez d'autres enfants, provoqueraient des symptômes respiratoires hauts, ennuyeux mais légers, sans affecter la respiration au niveau bronchial/bronchique.

La physiothérapie respiratoire a été et est utilisée, avec des techniques de vibro-percussion (« clapping»), qui tentent de décoller le mucus des bronches (par une sorte de vibration de la poitrine) et de l'expulser, grâce à des palpations dans les différentes zones de drainage bronchique. Mon expérience est très limitée à cet égard.

Les lavages nasaux avec un sérum physiologique sont utiles pour aider à dégager le mucus retenu dans le vestibule nasal (nez visible) et dans la zone rétronasale, mais il ne va pas, bien sûr, jusqu’aux bronches. Le sérum physiologique n’est pas nocif, bien qu’il ne doit jamais être préparé de façon « artisanale » à la maison, car il existe plusieurs études qui ont montré que ce « sérum artisanal » n’est pas physiologique parce qu’il comporte une plus forte proportion de sel (hypertonique) et le sel n’est généralement pas exclusivement du chlorure de sodium, car c’est du sel de table ou de cuisine qui est utilisé pour le préparer.

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Aucun commentaire trouvé