Ce que vous allez trouver dans cet article[Masquer]

La qualité de votre sommeil va fluctuer au fil des jours. Certaines nuits, vous dormirez sur vos lauriers. D’autres nuits, vous aurez du mal à vous endormir et à vous sentir complètement reposée. Et si les responsables de ces variations de sommeil étaient vos hormones ? Voyez comment votre cycle menstruel influence votre sommeil.

Les troubles du sommeil : un problème de femmes ?

Les statistiques démontrent que les problèmes de sommeil sont majoritairement le lot des femmes. La moitié de la gente féminine aurait des troubles de l’endormissement, de réveils nocturnes et de somnolence diurne. Ces femmes vont aussi subir les conséquences de cette insuffisance de repos nocturne ; elles ont du mal à se concentrer et à être productives au travail. L’intensité des symptômes semble plus élevée chez les femmes que chez les sujets masculins, d’après des études australiennes récentes.

Le sommeil en période prémenstruelle

Avant l’arrivée des règles, vous avez le sommeil léger. Vous pouvez vous réveiller au milieu de la nuit à cause de bruits minimes. Au fur et à mesure que la date des règles approche, votre sommeil gagne en profondeur. À l’origine de ces changements, il y a les modifications hormonales. La progestérone produite dans la deuxième phase du cycle menstruel a une action soporifique. Elle réchauffe le corps et favorise l’endormissement profond. C’est pour cette raison que la période du cycle qui précède les règles est marquée de rêves.

Vers la fin du cycle, le taux de progestérone chute et le sommeil devient plus léger. Comme les hormones sont interdépendantes, la production de sérotonine va aussi diminuer avec la baisse de progestérone. On est d’humeur maussade, on a envie de manger sucré et le sommeil en pâtit. Et comme on ne dort pas suffisamment, on ne fabrique pas la mélatonine qui est produite pendant la nuit.

Pour pallier à tout cela et avoir un sommeil correct avant les règles, il faut commencer par manger sainement. Même si l’appel du sucre est très fort, il faut privilégier d’autres aliments plus nourrissants et pratiquer une activité sportive. Pour ne pas manquer de progestérone, une bonne exposition à la lumière du jour est conseillée. Pour stimuler la production de mélatonine, écartez tous les écrans en soirée et mettez-vous au lit le plus tôt possible.

Le sommeil pendant les règles

Le début du cycle menstruel correspond à une chute complète du taux de progestérone. La qualité du sommeil est alors facilement altérée. La température corporelle va hausser progressivement. Avec les troubles de l’humeur, l’endormissement n’est pas facile. À côté, des nausées accompagnent aussi les crampes du bas-ventre et les douleurs musculaires, ce qui ne facilite pas les choses pour vous. Un petit grignotage (fruit, noix) peut aider certaines à tomber de sommeil. Surtout, évitez les sucreries, même si elles vous font vraiment envie.

L’impact du manque de sommeil sur le cycle menstruel

Pendant la phase d’ovulation, le sommeil est très profond, justement en raison de la remontée du taux de progestérone dans l’organisme. Notez aussi qu’un manque de sommeil important conduit au dérèglement du cycle menstruel. Le travail de nuit expose par exemple au stress oxydatif, l’un des facteurs qui favorisent les cancers de l’appareil reproducteur. Un cercle vicieux s’installe alors, puisque les troubles de l’humeur vont se convertir en déséquilibres psychiques également responsables de problèmes de sommeil…

 

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Aucun commentaire trouvé