La varicelle pendant la grossesse : les risques pour le bébé

Ce que vous allez trouver dans cet article[Masquer]
Femme enceinte regarde une échographie

Si la varicelle est une maladie inoffensive pendant l’enfance, en revanche, elle présente certains risques pour le fœtus quand elle est contractée pendant la grossesse.


La varicelle est l’une des maladies les plus courantes contre laquelle, une fois contractée, on est immunisé pour toute la vie ; il ne s’agit donc pas d’une pathologie grave, sauf si on l’attrape pendant la grossesse. Que se passe-t-il alors ?

La varicelle est une maladie qui s’attrape par contact direct puisque le virus se transmet par les voies respiratoires : il suffit donc de se trouver dans la même pièce qu’une personne atteinte pour être contaminé.

La transmission indirecte est beaucoup moins probable : ainsi, si un autre de vos enfants (qui a déjà contracté la maladie) est en contact avec un enfant infecté, il ne ramènera pas le virus à la maison ; de même, la contamination ne se fait pas par contact d’un objet qui a été manipulé par une personne malade.

La phase d'incubation de la varicelle est de 15 à 21 jours ; la période de contagion commence 1 ou 2 jours avant l'apparition des vésicules et se prolonge jusqu'à leur complète transformation en croûtes.

Il faut d’abord savoir que ce n’est pas parce que vous attrapez la varicelle que votre bébé va être atteint : les statistiques montrent que cela ne se produit que dans 17% des cas. En outre, il faut tenir compte de la période de la grossesse à laquelle l’infection se produit.

Les problèmes les plus graves peuvent survenir lorsque la mère contracte la maladie au cours du premier trimestre, lorsque les organes embryonnaires sont encore en formation. Si bébé est infecté, il existe 7% de probabilités qu’il présente le syndrome de la varicelle congénitale qui se caractérise par des lésions cutanées, une atrophie musculaire, une hypoplasie des doigts (plus petits et plus courts que la normale) ou encore des lésions cérébrales, telles que l'encéphalite, qui peut provoquer un retard mental. Dans les cas les plus graves, l’issue peut être la fausse couche.

Les conséquences sont moins graves au fur et à mesure de l’avancée de la grossesse. Il faut néanmoins être très prudent lorsque la maladie se déclare au cours des dernières semaines de grossesse. Trois cas peuvent se produire :

1/ Si l'infection se produit jusqu'à 21 jours avant l'accouchement…

… et que la femme enceinte présente des manifestations de la maladie, les risques que le virus traverse le placenta sont faibles ; d’autre part, il faut penser qu’elle aura déjà eu le temps de transmettre ses anticorps au fœtus. Selon le moment de l'infection, bébé peut guérir avant la naissance ou développer les symptômes de la varicelle après l'accouchement. Dans ce cas non plus, la maladie n’a habituellement aucune conséquence.

2/ Si la naissance a lieu pendant la période d'incubation de la maladie…

… bébé naît en bonne santé mais peut être infecté dans les jours suivants. S'il n'a pas encore reçu les anticorps maternels (qui ne sont transmis que lorsque la maladie se manifeste), la virémie (c’est-à-dire la concentration du virus dans le sang) est cependant plus faible puisque le virus de la varicelle n'a pas été transmis par le placenta, mais par voie aérienne. Il faut néanmoins injecter à bébé (avant les 48 heures suivant la naissance et jamais passées 78 heures) les immunoglobulines spécifiques contre le virus de la varicelle, qui aideront le système immunitaire encore immature de l’enfant. C’est seulement après que l’on décidera d’administrer ou non des antiviraux à l’action plus lente que les immunoglobulines.

3/ Le plus problématique est en cas d'infection 18 à 20 jours avant l'accouchement…

… car bébé naît alors juste au début de l’apparition des symptômes de la varicelle, une période au cours de laquelle la virémie est à son plus haut niveau. À ce moment, la mère n’a pas encore pu transmettre d’anticorps au fœtus, qui n’est lui-même pas en mesure, à la naissance, de fournir une réponse immunitaire. C’est la situation aux conséquences les plus graves puisque l’issue peut même être fatale. Il est donc extrêmement important que les femmes enceintes soient en mesure d’indiquer la date exacte de contact avec le virus afin de décider, avec le gynécologue, d’éventuellement avancer la date de l’accouchement pour qu’il ne coïncide pas avec la période critique.

Si la femme enceinte ne court aucun risque, les symptômes de la varicelle en revanche peuvent s’avérer plus intenses et gênants : en effet, tout son organisme étant dédié aux soins du bébé, le système immunitaire de la femme enceinte peut être temporairement affaibli.

Pour faire « passer » plus rapidement la maladie et réduire le risque d'infection du bébé, on peut administrer des immunoglobulines, mais toujours avant les 72 heures d'exposition à la contagion. Les médicaments antiviraux ne sont pas recommandés, car ils ne sont pas sans risque pendant la grossesse.

Le vaccin est le seul moyen sûr et efficace de prévenir la contagion. Si vous êtes sûre de ne jamais avoir attrapé le virus de la varicelle, vous pouvez vous faire vacciner au moins trois mois avant la conception.

Il faut néanmoins savoir que les symptômes ne se manifestent pas toujours : ainsi, 20% des patients ne savent même pas qu'ils ont eu la varicelle. En cas de doute, il suffit de procéder à un contrôle sérologique qui consiste en une analyse, dans le sang, des anticorps spécifiques au virus varicelle-zona. Si le test est négatif, vous pouvez vous faire vacciner.

Oui, même si la contagion est plus difficile. Une fois dans le corps, le virus de la varicelle s’installe dans les ganglions nerveux ou de la moelle osseuse.

Certaines situations, comme la maladie ou le stress, entraînent un affaiblissement du système immunitaire et le réveil du virus ; on observe alors une rougeur de la peau et l’apparition de petites vésicules qui provoquent des brûlures plus ou moins intenses : c’est le zona, une maladie provoquée par l’herpès Zoster. La contamination est donc possible à travers ce type de virus, mais elle est cependant plus difficile car elle ne peut avoir lieu que par contact direct avec le liquide s’écoulant des vésicules et non par voie aérienne.

Le premier conseil est de se tenir éloignée des personnes malades. S’il y a des cas de varicelle dans la crèche ou l’école de vos autres enfants, évitez de les accompagner pendant quelques temps. Si l’un des membres de la famille a été touché et qu’il est impossible d'éviter l'infection à la maison, consultez dès que possible votre gynécologue qui décidera du traitement à adopter selon l’étape de la grossesse.

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Aucun commentaire trouvé