Quand ne peut-on pas donner le sein ?

Quelles sont les maladies qui interdisent de donner le sein ?

Les cas dans lesquels il est absolument nécessaire de recourir au biberon sont rares et sont généralement dus à des maladies graves, tant chez la mère que chez le bébé.

Dans quels cas ne faut-il pas donner le sein à mon bébé ? 

La maman doit recourir au biberon dans les cas suivants:

- Le manque de lait. Il peut être dû à une altération de la glande mammaire, en raison d'une malformation congénitale (hypoplasie, qui implique le sous-développement de la glande mammaire) par exemple, ou d’une intervention chirurgicale (mastectomie, c'est-à-dire l'ablation partielle ou totale de la glande mammaire) ou bien d'un dysfonctionnement hormonal. La conséquence peut être l'absence totale de lait (agalactie) ou sa présence en faible quantité (hypogalactie).

- Les déséquilibres hormonaux. Les graves dysfonctionnements hormonaux de l'hypophyse peuvent entraver la formation de prolactine et d'ocytocine, ce qui rend la production de lait impossible. En particulier, le syndrome de Sheehan est une maladie rare qui conduit à un blocage temporaire ou permanent de l'hypophyse, chargé de la production de prolactine. Dans ce cas, la mère doit également abandonner l'allaitement.

- L’herpès zostère. Il est nécessaire de distinguer l'herpès simplex, qui peut affecter la lèvre ou les organes génitaux, de l'herpès zostère, qui peut causer des lésions sur le mamelon. Dans ce second cas, la poitrine présente les typiques lésions cutanées de l’herpès (cloques) et, pendant la tétée, la maman peut le transmettre au bébé. Il faut alors renoncer à l'allaitement, pour la sécurité de l'enfant.

- La fièvre typhoïde. Il s'agit d'une forme aiguë de typhus, caractérisée par la présence de fièvre, de diarrhées très violentes et d’un état de prostration générale, qui empêche l'allaitement, à la fois à cause du risque élevé de contagion et à cause de l’état d’extrême faiblesse physique de la femme.

- La malaria. C'est une maladie infectieuse qui se manifeste par des fièvres typiques. Elle se transmet par la piqûre du moustique Anophèle. Éradiquée en France depuis plusieurs années, cette maladie est encore fréquente dans les zones tropicales et subtropicales. La malaria est diagnostiquée par une simple analyse de sang. Si le résultat est positif, la maman doit être hospitalisée et l'allaitement n'est pas possible, tant pour son état de santé que pour les risques de contagion, même s’ils sont faibles.

- Les maladies exanthématiques. Les maladies exanthématiques sont typiques des enfants : la rougeole, la rubéole, la varicelle, la scarlatine, la quatrième maladie ou maladie de Dukes, la cinquième maladie ou mégalérythème épidémique et la sixième maladie ou roséole. Si la maman est affectée, elle doit arrêter l'allaitement pour éviter l’éventuelle transmission au bébé.

- La septicémie. Il s'agit d'une infection du sang qui peut être causée par des virus et des bactéries de nature différente. Elle peut être contractée après une infection (une bronchite par exemple) mal guérie. Elle entraîne un épuisement si prononcé qu’elle empêche l’allaitement.

- La séropositivité au virus du SIDA. Bien qu’on ne connaisse pas encore le pourcentage de probabilité de contagion à l'enfant, les femmes séropositives au virus du VIH ne doivent pas allaiter, car il y a le risque de transmission du virus au lait.

- Les malformations cardiaques graves. Elles peuvent représenter une contre-indication, mais seulement dans des cas exceptionnels.

- Une psychose sévère. Une psychose sévère implique non seulement l'arrêt de l'allaitement voire même la séparation temporaire avec le bébé.

- La rétinopathie. En cas de formes graves de rétinopathies (lésions de la rétine), qui se sont fortement dégradées pendant la grossesse, vous ne pouvez pas allaiter. Cependant, c’est l'ophtalmologiste qui doit évaluer la situation dans chaque cas.

 

Il existe très peu de cas dans lesquels l'enfant n'est pas capable de téter le mamelon à la naissance (manque d’aspiration). Il n'est pas non plus possible d'allaiter dans les rares cas où le nourrisson souffre de maladies métaboliques graves.

- Les prématurés ayant un poids très faible. Ils peuvent avoir besoin d’être nourris par une sonde, car ils n’ont pas assez de vigueur pour téter le sein.

- Les enfants atteints de malformations du palais et des lèvres. Lorsque ce trouble se présente, appelé fente palatine, plus connue sous le nom de bec de lièvre, dans les cas graves, les enfants doivent être nourris par une sonde. Parfois, on utilise aussi des plaques spéciales (prothèse du palais) qui, avant l'intervention chirurgicale de correction permettent de prendre du lait au biberon, à défaut de permettre la succion du sein.

- Les enfants atteints de maladies congénitales du métabolisme. En cas de phénylcétonurie, de galactosémie ou d’un déficit en lactase intestinale, les bébés ne produisent pas les enzymes nécessaires à la digestion de certaines substances nutritives contenues dans le lait maternel. C'est le spécialiste qui définira dans chaque cas si l'allaitement est autorisé ou non.

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
2 Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Invité - Etudiante infirmière

    Bonjour, dans le cadre d'un travail de groupe je me suis rendu sur cette article. Mais il n'y a pas de source, serais t-il possible de me la faire parvenir?

  • Bonjour, vous pouvez citer BébésetMamans.com comme source. Bye !