Ce que vous allez trouver dans cet article[Masquer]

Bien souvent, le déclenchement du travail prend la femme par surprise et elle est, dans tous les cas, dans l’incertitude quant à l’issue de ses contractions. La venue de bébé peut se passer très rapidement ou pas, en fonction d’innombrables facteurs qui ne se résument pas simplement au nombre de grossesses antérieures.

Qu’entend-on, exactement, par l’expression « accouchement rapide » ?

La durée d’un accouchement ne répond pas à des normes très précises, à moins d’être dirigé par l’équipe médicale. Quand on laisse le corps maternel faire son travail, certains accouchements peuvent être très rapides, notamment la phase d’expulsion. Pour une première naissance, la durée du travail, expulsion comprise, dure en moyenne 8 heures. Le col se dilate plus lentement, à raison de 1cm par heure. Le calcul de la durée d’un accouchement commence au moment où le col utérin s’efface et que les contractions sont régulières avec des intervalles de 5 minutes.

On estime qu’un accouchement est rapide s’il s’écoule moins de 4 heures entre le début du travail et l’expulsion du bébé. Pour un deuxième accouchement, on considère que l’accouchement est rapide s’il s’écoule moins d’une heure entre le début du travail et la sortie de bébé. L’estimation initiale de 4 heures correspond donc plutôt à un accouchement normal.

Accouchement rapide : une question de tonicité

Les facteurs qui favorisent un accouchement rapide restent encore plus ou moins inconnus. Toutefois, il est probable que certaines conditions comme la tonicité des fibres de l’utérus influencent le cours du travail. Les fibres au niveau du col de l’utérus sont les plus concernées. Certaines femmes ont les fibres musculaires plus souples, accélérant la dilatation sans même que les contractions soient fortes. L’inverse est aussi valable. Chez les femmes dont les fibres utérines sont rigides (celles qui souffrent pendant leurs règles par exemple), la durée de l’accouchement est prolongée.

La force des contractions a une influence sur la rapidité de l’accouchement. Lorsque les prostaglandines sont sécrétées en grande quantité, le col utérin sera à la fois souple et plus contractile. Par la même occasion, les contractions seront régulières et efficaces.

Chaque accouchement est unique

Chez une même femme, la durée des accouchements successifs ne va pas forcément être la même. Un accouchement rapide pour le premier enfant ne garantit pas la même vitesse pour les suivants. Il peut arriver que le second accouchement, lui-même considéré comme étant plus rapide, va vous faire attendre plus longtemps. C’est ce qui se produit en cas de rupture prématurée des membranes, par exemple : la poche des eaux se fissure avant le début des contractions et le col n’est pas encore prêt à se dilater. Un accouchement peut aussi prendre plus de temps si le bébé est grand ou si le cordon ombilical passe autour de son coup et rend sa progression difficile. En somme, il est impossible de prévoir qu’un accouchement sera ou non rapide.


Quels sont les risques d’un accouchement trop rapide ?

Une expulsion trop rapide du bébé va être dangereuse pour les parois vaginales. En manquant de temps pour s’adapter au volume du fœtus, elles ne vont pas se dilater au même rythme. En même temps, la maman ressent le besoin de pousser, entraînant alors une déchirure des fibres du col utérin et de la paroi vaginale.

Accouchement rapide : pas le temps de réaliser ce qu’il se passe…

Quand la durée de l’accouchement est excessivement longue, la maman en souffre. Épuisée par le travail, elle finit par s’essouffler et aura du mal à pousser au moment où il faudra expulser le bébé. Pendant ce temps, elle n’a aucune visibilité sur le moment où l’enfant va réellement naître. Cette attente est désagréable. L’accouchement rapide n’est pas non plus forcément plus confortable pour la maman. Elle peut être étourdie par la vitesse des évènements. Elle prendra son bébé dans ses bras sans trop s’en rendre compte. En plus, les lésions vaginales peuvent être très douloureuses par la suite. Par contre, ce ne sont que des généralités, puisque certaines femmes se sentent simplement soulagées à la fin de cette épreuve, quelle que soit la vitesse de l’accouchement.

Accouchement rapide : comment se préparer ?

- Pour ne pas être prise au dépourvu, préparez votre valise maternité 15 jours avant le terme.
- Accouchez dans une maternité qui ne soit pas trop loin de chez vous.
- Prévoyez une personne de confiance qui va garder vos enfants plus grands. Prévenez-la dès que les premières contractions douloureuses surviennent. Il vaut mieux s’excuser pour une fausse alerte que de prendre le risque de ne pas trouver quelqu’un pour garder vos enfants.
- Préparez votre partenaire à l’éventualité d’un accouchement rapide et recommandez-lui de garder son téléphone allumé à tout moment.
- Pour parer aux incidents de dernière minute, gardez sous la main les contacts téléphoniques utiles en cas d’urgence : taxis, ambulance...

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
3 Commentaires | Ajouter le vôtre
  • Bonjour moi j'ai ine petite Lilou née le 25decembre 2014 elle est arrivé très rapidement j'ai du pousse 2fois elle était déjà dans mes bras ! Et je suis enceinte du 2eme s'est prévu début 2017 j'espère que sa va allé aussi bien que pour lilou... j'ai hâte de voir si c'est garçon ou fille . Tant que le bébé soit en bonne santé sest le principale

  • Invité - Sandra

    les 2 premiers efts c'était très lent, là j'attends ma loulou pr 2017 je crois que ça va bien se passer.je croise les doigts pour les couches.
    .

  • Invité - ADam Cole

    les 2 premiers efts c'était très lent, là j'attends ma loulou pr 2017 je crois que ça va bien se passer.je croise les doigts pour les couches.