Le fœtus, un être intelligent avant de naître

Foetus dans le ventre de sa mère

Déjà dans l'utérus, le cerveau du bébé développe toute une gamme de compétences qui vont lui permettre d’affronter sa nouvelle vie. Découvrez-les !

 

La médecine moderne nous a montré que, d’un point de vue physique, la structure cérébrale du bébé est complètement développée lorsqu’il naît. Mais ce n’est que depuis quelques décennies, grâce aux techniques échographiques de plus en plus avancées, que l’on a découvert que la vie « intérieure » de l’être humain commence bien avant la naissance, probablement même dès les premières semaines de gestation. Certains experts parlent même « d'intelligence fœtale ». Exagèrent-ils ? Sans doute non, car si l’on qualifie d'intelligence la capacité à résoudre des problèmes d'adaptation, alors on peut dire que même un petit être de quelques semaines est doté d'un esprit.

Pour commencer, le bébé est capable de recevoir des stimuli (provenant du ventre maternel, mais aussi du monde extérieur) à travers ses organes sensoriels et d’y répondre : par exemple, en accélérant son rythme cardiaque lorsqu’il entend un bruit ou en bougeant s’il perçoit de la lumière à travers le sac amniotique. Le fœtus montre ainsi clairement qu’il est capable d’enregistrer des stimuli et d’y apporter la réponse adaptée, comme s’il y était « habitué ». Ce phénomène démontre la présence d'une mémoire capable de stocker des informations pour les réutiliser au moment le plus opportun.

Qui plus est, à partir de la semaine 13, on a pu constater que les mêmes stimuli appliqués à différents bébés montrent des réponses personnalisées. On peut donc dire que, déjà à ce moment, le fœtus est un « individu », ou tout au moins peut être considéré comme tel.

Une impulsion du système nerveux

Notre esprit se nourrit de stimuli, que l’on reçoit à travers nos organes sensoriels. Ce n’est donc pas par hasard que les sens se développent extrêmement rapidement pendant la grossesse (sauf la vue, l’organe le moins utile dans l'utérus). Les premiers récepteurs de la peau (le toucher) apparaissent autour de la bouche dès la semaine 7, au même moment où se développe le système olfactif. À partir de la semaine 8, les récepteurs du goût se positionnent à l'extrémité de la langue et l'organe auditif commence à se former. Le nerf optique se forme également très tôt (semaine 7) mais la fonction de la vision n’apparaît qu’entre 4 et 6 mois.

Paradoxalement, et c’est un cercle un peu vicieux, ces mêmes organes ne continuent à se développer que s’ils sont stimulés. Il est donc important que maman et papa aient une relation active avec leur bébé, qu’ils lui parlent, le caressent, lui fassent écouter de la musique, et le câline comme s’il était déjà né.

Je bouge, donc j’existe

Une autre manifestation importante de la vie prénatale est le mouvement. De nombreuses études présentent d’ailleurs l’intelligence psychomotrice comme la première de toutes. Sa capacité à faire des gestes et à se déplacer dans un petit espace permet au bébé, non seulement de réagir aux stimuli, mais aussi, à partir des semaines 12-13, de faire preuve de créativité en explorant avec ses mains son visage ou le cordon ombilical qui le relie à sa maman. Si, au début, les mouvements sont amples et anarchiques, au fil des semaines ils deviennent de plus en plus localisés et précis : dès la semaine 10, on peut ainsi apprécier le mouvement coordonné des jambes contre les parois de l'espace amniotique, une sorte de préliminaire aux premiers pas.

Cette activité motrice est comme un entraînement avant la naissance à l’effort que le bébé devra fournir pour passer par la voie vaginale. Elle le prépare aussi aux autres activités qui l’attendent : par exemple, les actes de succion et de déglutition, visibles dès les semaines 12-13, le préparent à téter et à respirer à l'air libre. Entre les semaines 15 et 20, quand le cerveau est presque complètement formé, d’un point de vue cellulaire, les mouvements deviennent plus harmonieux : bébé semble avoir le hoquet, sourire, pleurer. Durant la phase de sommeil paradoxal, qui apparaît à la fin du deuxième trimestre, l'échographie en trois dimensions nous laisse deviner des expressions de peur, de joie ou même de colère sur son visage. Il ne connaît pas encore la signification de ces sentiments, mais son organisme s’habitue à les exprimer.

Les premiers pas vers l’affectif

La phase de sommeil paradoxal (REM – Rapid Eye Movement) se caractérise par des mouvements oculaires rapides ; c’est la phase d'activité mentale maximale du sommeil, au cours de laquelle le cerveau « réorganise » les données enregistrées et retravaille les expériences vécues pendant la phase de veille. Mais que peut vivre un bébé enfermé dans le sac amniotique ? Il s’agit des sensations tactiles, olfactives, gustatives, auditives, mais aussi de ce lien profond qui l’unit à sa maman et qui correspond à un aspect de l’intelligence si important à l’âge adulte : l'aspect affectif et émotionnel.

Des capacités motrices précoces

Si on observe un nouveau-né, on remarquera que ses mouvements ne sont pas coordonnés : il ne s’agit pas de mouvements « intentionnels », mais plutôt automatiques. Ce n’est qu’à partir de 5-6 mois environ qu’il acquerra une harmonie gestuelle et décidera volontairement de ses actes comme, par exemple, de porter son pouce à sa bouche. En conclusion, on peut dire que la capacité motrice du fœtus est supérieure à celle d'un nouveau-né. Cette régression post-natale a une explication logique : pendant toute la période de la grossesse, le bébé a travaillé sa musculature dans un environnement fluide et étroit ; en naissant, face au phénomène de la gravité et sans plus aucune référence spatiale, il doit réapprendre à bouger. La science ne considère donc plus seulement la naissance comme un passage brutal d’un monde à un autre (l'utérus et le monde extérieur) mais comme un développement linéaire et progressif de l’individu qui commence bien avant la mise au monde, dès la conception.

Musicien... dans l'embryon

De nombreuses études montrent que les musiques entendues dans l'utérus nous reviennent, d’une certaine façon, après la naissance. Certains musiciens affirment d’ailleurs avoir reçu leur première leçon de musique de leur mère pendant la grossesse.

Un projet italien, appelé inCanto, a étudié pendant six ans (à partir du sixième mois de grossesse jusqu'à l’âge de six ans) un groupe d'enfants dont les mères, pendant la grossesse, avaient suivi des séances hebdomadaires de chant ou de musique. Il en est ressorti que, non seulement les enfants se rappelaient parfaitement des mélodies entendues quand ils étaient dans le ventre de leur mère, mais aussi que la lallation (gazouillis) était plus précoce et articulée que la moyenne des enfants de cet âge. Enfin, on a constaté que la capacité à chanter juste se manifestait avant l’âge de trois ans, alors que normalement elle s’acquiert autour de 6-7 ans.

Le coefficient intellectuel (QI) englobe différentes compétences

Aujourd'hui, on a tendance à considérer les capacités mentales comme une « pluralité d’intelligences ». Certaines d'entre elles montrent un certain niveau de développement dans la vie prénatale. Voyons de quoi il s’agit :

- L'intelligence spatiale : bébé est conscient de l'environnement amniotique dans lequel il se déplace avec agilité.
- L'intelligence corporelle kinesthésique : C’est le contrôle du corps et du mouvement. Le développement des organes de l'équilibre commence à la semaine 7. Au cours du troisième trimestre, quand la maman écoute une musique qu'elle aime, le bébé se déplace à son propre rythme ; il « danse » dans l'utérus.
- L'intelligence intra-personnelle : c’est la capacité à comprendre ses propres émotions personnelles. On pense que le bébé éprouve certaines sensations comme le goût, qu’il exprime en souriant.
- L'intelligence interpersonnelle : c’est la capacité à créer des liens avec les autres. En observant, à l’échographie, le comportement de jumeaux pendant la grossesse, on reconnaît des gestes et des attitudes qui expriment une façon de communiquer entre les deux enfants. Chaque couple a sa manière de le faire, par l’affection, l’indifférence ou le conflit.
- L'intelligence linguistique : il a été démontré qu’à la semaine 28 au moins, un enfant est capable de pleurer dans l'utérus. À ce stade de la grossesse, les bébés prématurés le font. Grâce à l'analyse spectrographique, le pédiatre Henry Truby a découvert que les intonations et le rythme des pleurs des bébés prématurés correspondait à la façon de parler de la maman, autrement dit l'enfant écoute et imite la voix de sa mère.
- L'intelligence musicale : le fœtus présente des réactions différentes selon le type de musique. Par exemple, il se calme avec Vivaldi et Mozart, et s’agite en écoutant du Beethoven, du Brahms ou de la musique rock.
- L'intelligence logico-mathématique : le « jeu » des coups de pied montre que bébé sait compter : si on donne un, deux ou trois petites tapes sur le ventre de sa maman, il répond avec le même nombre de coups de pied.


Likez la page FaceBook de BébésetMamans et soyez avertie en priorité des tests produits et cadeaux !

Besoin d'aide ? Posez votre question aux autres mamans sur le Forum LE FORUM

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
  • Aucun commentaire trouvé

banner mama