Analyse d'urine pendant la grossesse : interprétez vos résultats

Ce que vous allez trouver dans cet article[Masquer]
Résultats analyse d'urine enceinte

L'analyse d’urine pendant la grossesse constitue un examen capital car il donne des détails sur une éventuelle infection urinaire. En effet, une atteinte urinaire peut être compliquée pour la future maman et pour le bébé car cela concerne une partie du corps très impliquée pendant la grossesse. Par ailleurs, deux pathologies graves sont détectables par une analyse d’urine pendant la grossesse : le diabète gestationnel et la pré-éclampsie.

L’ECBU (Examen Cytobactériologique des Urines) est un examen très simple qui fournit d’importantes informations sur la santé de la maman et du bébé. Nous vous expliquons ici comment en interpréter les résultats.

L'infection urinaire, le lot courant des femmes enceintes

Une infection urinaire, quant à elle, peut être causée par des bactéries d’origine intestinale comme l’Escherichia coli, les entérocoques et des staphylocoques. Ce sont des germes faciles à contracter pendant la grossesse. En effet, la progestérone secrétée en plus grande quantité favorise une dilatation des voies urinaires, entraînant une stagnation des bactéries et leur multiplication.

Déjà, de par leur morphologie, les femmes sont plus susceptibles que les hommes de contracter des infections urinaires. En effet, l’urètre, qui déverse le contenu de la vessie vers l’extérieur, est plus court et plus proche du rectum. Cette situation anatomique lui confère une plus grande facilité de contamination bactérienne. Si, en plus, l’hygiène personnelle est précaire, l’infection urinaire s’installe facilement.

Comment interpréter les résultats d'une analyse d’urine pendant la grossesse ?

L’analyse d’urine la plus courante de la grossesse, appelée ECBU, a deux composantes : l’examen cytologique (examen physico-chimique des cellules) et un examen bactériologique (mise en culture de l’échantillon d’urine). Le compte-rendu donne des résultats de ces deux composantes.
Les deux examens qui composent l’ECBU sont complémentaires et interdépendants. Cela signifie que la présence d’hémoglobine ou de nitrates lors de l’examen cytologique sera confirmée par la présence de globules rouges et des micro-organismes lors de la mise en culture de l’urine.

Première partie de l’analyse d’urine pendant la grossesse : l'analyse cytologique

À la première inspection, l’urine doit être de couleur jaune pâle. Cependant, une coloration différente n’a pas toujours de signification importante. La teinte des urines peut varier selon la fréquence de la prise de boissons au cours de la journée et la quantité ingérée. Une urine tachetée peut faire suspecter un risque de fausse couche, mais ce n’est pas un signe à prendre de façon isolée.

Le compte-rendu d’une analyse d’urine pendant la grossesse détaillera : l’aspect, la couleur, la densité et le pH. Normalement, l’urine est acide avec un pH compris entre 4,5 et 8. Des urines alcalines (pH>7) s’expliquent par la prise de médicaments contenant des minéraux (potassium, par exemple) ou par une infection. Dans ce dernier cas, on retrouve aussi des nitrites et des leucocytes. Le pH urinaire seul n’indique rien de particulier.
Des urines normales ne devraient contenir aucune autre substance spécifique. Ces éléments ont une valeur diagnostique importante :

Les nitrites
Ils sont le témoin d'une infection bactérienne. À première vue, l’urine présente un aspect trouble et un pH alcalin en leur présence. L’absence de nitrites n’est cependant pas suffisante pour confirmer l’absence d’infection. Il faut aussi prendre en compte la présence de leucocytes ou de bactéries dans les sédiments, présence qui signe une infection urinaire.

Les corps cétoniques
Ils proviennent de la dégradation des lipides et plus particulièrement des acides gras. Leur rôle est de libérer de l’énergie lorsque les réserves en sucre sont insuffisantes, comme en cas de jeûne prolongé. La femme enceinte peut se retrouver dans ce cas de figure lorsqu’elle vomit trop souvent ou qu’elle a une forte transpiration. On reconnaît aussi la présence de corps cétoniques par la mauvaise haleine (odeur caractéristique d’acétone). Pour y remédier, il suffit généralement de réhydrater l’organisme et d’adopter une alimentation équilibrée.

La bilirubine et l’urobilinogène
Leur présence est marquée par une couleur marron clair de l’urine. Ils indiquent des problèmes au niveau des voies biliaires ou des reins. Il s’agit en général de pathologies antérieures à la grossesse.

L’hémoglobine
La présence de sang dans les urines pendant la grossesse peut être due à divers facteurs : une cystite, qui entraîne un renouvellement plus fréquent de l’épithélium de la vessie, un polype cervical ou une petite plaie qui saigne légèrement, des petits calculs (cristaux produits par les reins) qui, raclant l'uretère à leur passage, entraînent des saignements. Enfin, il peut arriver que certaines femmes aient de petites pertes de sang les jours où elles auraient dû avoir leurs règles.

Les protéines
C’est l’un des principaux éléments permettant de diagnostiquer la pré-éclampsie, une pathologie relativement grave de la grossesse et qui se produit habituellement au cours du troisième trimestre (en tout cas, jamais avant la vingtième semaine). À partir du seuil de 1gr, la présence des protéines entraîne presque systématiquement un diagnostic de pré-éclampsie. Elle s’accompagne souvent d’une tension élevée et d’œdèmes au niveau des membres inférieurs. Avant la 20ème semaine, les protéines indiquent un problème rénal à surveiller.

Le glucose
Pareillement aux protéines, il n’y a pas à s’inquiéter d’un faible taux de glucose. À l’inverse, si le glucose est élevé au cours de l’analyse d’urine pendant la grossesse, le gynécologue prescrit à la future maman une mini-courbe du glucose. Il s’agit d’une analyse de la glycémie après une prise de 50 grammes de glucose par voie orale. Ce test permet de déterminer si la femme a une prédisposition au diabète gestationnel. Si la courbe présente des altérations, on procède, avant de confirmer le diagnostic, à un autre test (TSOG) consistant à mesurer la glycémie à trois moments différents après l’ingestion de 100 grammes de glucose.

Deuxième partie de l’analyse d’urine pendant la grossesse : l’examen bactériologique

La deuxième partie du compte-rendu d’analyse d’urine pendant la grossesse concerne le résultat de la mise en culture. Voici les termes que l’on rencontre le plus fréquemment :

Les leucocytes
C’est l’indicateur le plus important. Le taux normal se situe entre 4 et 8. Un taux supérieur à cette fourchette signifie une infection des voies urinaires. La présence de nitrites, un pH alcalin et un aspect trouble de l’urine renforcent le diagnostic. La présence de bactéries ou de champignons exige une analyse encore plus approfondie de la culture.

Les érythrocytes ou hématies
On peut les retrouver lorsque l’analyse cytologique a mis en évidence la présence d'hémoglobine (traces de sang).

Les cylindres hyalins
Ils correspondent à de simples amalgames de cellules qui, en descendant dans les tubules rénaux, prennent une forme cylindrique. Ils n’ont pas de valeur diagnostique très importante au cours de l’analyse d’urine pendant la grossesse.

Les cristaux
De même que l'acide urique, les cristaux se forment lorsque l’on ne boit pas assez d’eau. Il suffit donc, pour éviter, à la longue, la formation de calculs rénaux, d’absorber davantage de liquide. Cela est déjà habituellement recommandé aux femmes enceintes.

Les cellules des voies basses ou de transition
Ce sont les cellules qui tapissent l'intérieur de la vessie et qui sont expulsées par l'urine après leur cycle cellulaire normal. Leur présence sur l’analyse d’urine pendant la grossesse est donc peu significative.

Comment réaliser le prélèvement pour l’analyse d’urine pendant la grossesse ? 

Pour que le résultat de l’examen soit fiable, il convient de réaliser correctement le prélèvement de l’urine. Voici les conditions à respecter pour que les résultats soient fiables :

- Recueillir les urines tôt le matin.

- Utiliser un flacon stérile, en vente en pharmacie.

- Collecter des urines « au milieu du jet » vu que les premières gouttes ont déjà séjourné dans l’urètre.

- Bien refermer le flacon et l’apporter dans l’heure qui suit au laboratoire d’analyses médicales. Si cela n’est pas possible, le conserver au réfrigérateur.

- Réaliser le prélèvement sur place si vous résidez loin du laboratoire.

Profitez de nos carnets de suivi de Bébés (photos souvenirs de bébé, suivi de sa croissance, alimentation...) et nos recettes de cuisine spécial Bébé, grâce à notre Collection BabyNote ! Cliquez ici !



banner bebe